dimanche 14 février 2016

Monsieur le Président de la République, doublez le budget de la culture !

Cliquez sur l'image pour lire la suite.
Une pétition a été lancée sur change.org, allez la signer pour demander plus de culture démocratique.


samedi 30 janvier 2016

Intox, guerre et auto-sabotage économique

Il semble que la France veuille de nouveau rentrer dans les bonnes grâces de la Russie. On fait semblant d'oublier que notre pays ne peut plus donner sa parole compte tenu de ce qu'elle fait de ses contrats commerciaux par la suite, on en prend des nouveaux et on recommence. Dommage qu'on ne leur conseille pas en premier lieu de faire profil bas et de plaider coupable pour le lamentable comportement de nos dirigeants. Ça aurait au moins l'avantage de l'honnêteté et on repartirait sur des bases plus saines.

Au lieu de ça, le ministre envoyé en estafette en Russie pose encore des conditions. Les sanctions économiques seront levées si, et seulement si la Russie observe à la lettre les accords de Minsk.
Le ridicule ne tue pas, sinon, on pourrait commander les cercueils.

La réalité est que la France, comme les autres pays de l'Union Européenne était déjà au bord du gouffre et que ces sanctions l'ont précipitée un peu plus bas.

En 2015, le chiffre d’affaires des échanges et coopérations franco-russes s’est effondré de 44%. Ce sont plusieurs centaines de milliers d'emplois qui ont été perdus. Tous les investissement ont été remis en question et les contrats économiques entre les industriels annulés de part et d'autres.

L'agriculture française, déjà moribonde ne remercie pas les écervelés qui ont suivi le grand Manitou US. Les sanctions censées pénaliser la Russie sont la pire punition que nous pouvions nous infliger. On peut toujours rêver, même en les levant, il faudra un bon moment pour refaire le chemin inverse.

Pourtant, face aux mensonges étatsuniens sur une invasion imaginaire de l'Ukraine par les Russes, dans le but de déclencher un conflit mondial, un général français avait tiré la sonnette d'alarme, je le cite :

"La vraie difficulté avec l'OTAN, c'est que le renseignement américain y est prépondérant, tandis que le renseignement français y est plus ou moins pris en compte (…). L'OTAN avait annoncé que les Russes allaient envahir l'Ukraine alors que, selon les renseignements de la DRM, rien ne venait étayer cette hypothèse. Nous avions en effet constaté que les Russes n'avaient pas déployé de commandement ni de moyens logistiques, notamment d'hôpitaux de campagne, permettant d'envisager une invasion militaire et les unités de deuxième échelon n'avaient effectué aucun mouvement"
Christophe Gomart, directeur du renseignement militaire français.


jeudi 28 janvier 2016

Migrants, intégration et métissage.

Franchement, il n'y a pas de quoi pavoiser, parce que la situation est critique, même si on l'a vu venir gros comme une maison.
Il était évident qu'en versant de l'huile sur les petits feux qui brûlaient ça et là au Moyen Orient, on allait embraser toute la région. Je vais encore sembler être de parti pris, mais lorsque Vladimir Poutine a averti du danger, et ce, avant même que Kadhafi soit assassiné, on l'a traité par le mépris.

Avec l'arrivée en masse des "migrants" le conflit va se délocaliser et d'Irak et de Syrie, arriver au cœur de l'Europe. Au lieu d'armer des prétendus rebelles "modérés" ou de faire un coup d'état en Ukraine, ou encore de chercher à déstabiliser l'équilibre économique de l'Union Européenne, qui va déjà on ne peut plus mal, en suivant les ordres de Washington qui ordonnait des sanctions contre la Russie, les dirigeants occidentaux auraient mieux fait d'évaluer les conséquences de leurs actes.

Ce déluge de réfugiés venus de partout, la plupart sans identité, qui n'hésitent pas à s'en prendre à ceux qui les ont accueillis ne vont pas s'évanouir d'un claquement de doigt. Sans compter que ceux que nous appelons des enfants sont, dans leur pays d'origine, des adultes en âge de combattre. Il y a une profonde méconnaissance de la façon dont ces gens vivent ordinairement et on ne peut les adapter en quelques semaines à rester sagement derrière les grilles des camps de réfugiés en attendant leurs patates bouillies.

Je suis persuadée que les véritables auteurs de cette situation, les chefs d'état de l'Union Européenne et des États-Unis, se réjouissent du chaos qu'ils ont provoqué. Tout est organisé de longue date. Il y a longtemps, déjà, en novembre 2008, et on me l'avait bien reproché, j'avais souligné que la présence de Zbignew Brzezinski aux côtés de Barack Obama était le signe d'une politique agressive qui ne préparait pas la paix. Cette éminence grise, déjà présent sous d'autres présidences, quelles que soient leur couleur politique, avait déjà déstabilisé l'Afghanistan au prétexte d'en chasser les Russes. Al Qaïda, c'est son bébé. On voit ce qu'il en est advenu. Une pieuvre qui a étendu ses tentacules sur toute l'Afrique, une partie de l'Asie et qui règne en maître sur le Kosovo.

Nous allons tous payer très cher cette politique qui semble aveugle. Nous pourrions appeler ça des maladresses, si ce n'avait pas été délibéré. Des déplacements de population importants ont déjà été organisés par le passé. Les Africains ont payé un lourd tribut à ces migrations. La traite négrière en était une, la colonisation en était une autre. On en voit encore les conséquences. Le métissage des peuples d'Europe est le vrai but.

Je vais seulement poser une question, à laquelle sans doute nul ne répondra, mais peu importe, mon intention est de faire réfléchir.

Qui appelle au métissage des Européens et se proclame peuple élu de race pure ?

En illustration, cette vidéo où Eric Zemmour répond au juif mondialiste et ultra sioniste vendeur de pantalons à une seule jambe qu'on pourrait quand même renvoyer derrière l'immense mur couvert de barbelés censé protéger son peuple de toute incursion étrangère, parce qu'on l'a assez vu et entendu.





Et pour finir, l'apothéose, avec Nicolas Sarkozy 
Tout était déjà dit :

... des méthodes plus contraignantes encore.



mercredi 27 janvier 2016

Bonnet et écharpe

Les Russes aussi coupent le tricot et ça se fait bien.

Baptême = crime

Un débat agite actuellement certains blogs russes et italiens. La cour européenne des droits de l'homme considèrerait que le baptême des enfants à un âge où il ne peuvent exercer leur consentement est en contradiction avec l'article 16 de la convention européenne et s'apprêterait donc à interdire le baptême des nouveaux-nés à partir de mars 2016. La pratique de ce "sacrement de l'initiation" est incompatible avec l'intérêt supérieur de l'enfant, conformément à l'art. 3 de la convention relative aux droits de l'enfant, ratifiée le 25 mai 1992.

Je n'ai pu trouver la source officielle de cette annonce. Malgré tout, cette interdiction, en dépit des hauts cris des traditionalistes, ne serait pas une mauvaise chose.  Pour prendre l'exemple français, sous l'ancien régime, les enfants étaient obligatoirement baptisés car non seulement il s'agissait de la reconnaissance officielle de leur existence, mais en outre, il était obligatoire d'être catholique, sous peine de mort. Depuis 1789, ce sont des officiers d'état civil qui notent les naissances et le baptême ne concerne plus que l'église.

Il n'en reste pas moins que l'église tient des registres de ces baptêmes et demande expressément des renseignements inquisiteurs, comme le nom d'un père qui n'a pas reconnu son enfant. Pire, une fois ces registres écrits, il est impossible d'en effacer un nom. L'enfant qui nait dans une famille qui ne lui reconnait pas le droit à la liberté de culte est condamné à avoir son nom parmi une liste de chrétiens même s'il fait une demande de radiation. L'église catholique est une secte qui ne laisse jamais partir ses proies. Les bûchers de l'Inquisition ne sont pas si loin que ça. On ne nait pas chrétien, on le devient... contre son gré. La famille a, dans ce domaine comme dans d'autres une importance particulière. Dans un environnement chrétien, les enfants reçoivent un enseignement religieux chrétien, dans une famille musulmane, l'enfant est plus facilement influencé par l'islam. On voit l'avantage qu'il y a à naître chez des libres penseurs.

En fait, je comprends mieux la réponse d'un proche à qui j'avais demandé pourquoi il faisait baptiser son fils alors que lui-même et sa femme ne fréquentaient pas l'église. "Pour qu'on ne puisse pas plus tard le prendre pour un musulman." J'ajouterai, plus tard, et même jamais, car il est marqué comme une bête au fer rouge. Je pense même que le mot sacrement n'est pas un hasard et qu'il pourrait être remplacé par "sort" car donner l'âme d'un être vivant à une entité invisible, chez moi, ça s'appelle de la magie noire.

Personnellement, je me félicite d'avoir choisi de ne pas avoir fait baptiser mes enfants pour qu'ils aient le choix de leur religion à l'âge adulte. Une question de respect. Je n'ai pas eu cette chance.


mardi 26 janvier 2016

Criminels de guerre

Dans une lettre en date du 24 mai 1947, le général allemand Dietrich Von Choltitz, gouverneur militaire de la garnison de Paris, écrit au sujet de la capitale française, dont il avait reçu l'ordre de destruction qu'il n'a pas exécuté :

"Je n'ai ni détruit ni incendié leur ville, parce que j'ai voulu épargner cette honte au peuple allemand et ne pas détruire une ville sans motif et tout particulièrement une ville comme Paris qui est le siège de toutes les cultures."

Cette honte, ceux qu'on nomme généralement "les Alliés" la portent bien. Nul n'ignore les bombardements criminels sur les villes allemandes perpétrés par les avions américains mais surtout britanniques qui ont fait des millions de victimes civiles et détruit toute trace de culture dans ces endroits. Il s'agit d'un crime de guerre et c'est surtout ce qu'on appelle aujourd'hui un crime contre l'humanité. Pourtant, les coupables n'ont pas été châtiés, mais au contraire portées aux nues.

En voici trois. Les deux de gauche sont encore célébrés un peu partout dans les nations complices de ces crimes et leurs successeurs ne se comportent pas mieux. (On trouve des rues et des boulevards Roosevelt et Churchill un peu partout en France.)




Premier ministre britannique, criminel de guerre non poursuivi.


Président des États-Unis, criminel de guerre non poursuivi.

Arthur Travers Harris, criminel de guerre non poursuivi.


Surnommé "Butcher Harris" par ses collègues britanniques et plus généralement "Bomber Harris", il est l'artisan d'innombrables morts civils et de la destruction du centre historique des villes en Allemagne et aussi en France. 
D'ailleurs, Wikipedia, (dont je ne recommande généralement pas les articles de propagande des pseudo-démocraties occidentales) lui reconnait sa qualité de criminel, c'est un signe.

Un autre criminel de guerre, mais qui a été reconnu comme tel, c'est Joseph Staline, dont les troupes ont massacré à l'est autant que les Alliés à l'ouest et dont les mensonges, notamment sur le massacre de Katyn, ont donné au tribunal de Nuremberg, qui n'en manquait pourtant pas, des raisons supplémentaires de diaboliser le peuple allemand. Les exactions russes méritent un article à part entière. Celles de "Bomber Harris" également. A suivre.

lundi 25 janvier 2016

Galère de chats

Je n'en parle pas souvent, parce que ça fait partie de ma vie privée, mais je partage mon lieu de vie avec deux chattes qui sont de vrais félins et pas des animaux dressés pour le cirque. En effet, mes chattes ont leurs humeurs, sortent et font leur vie chacune de leur côté. Je vis en pleine cambrousse et elles sont stérilisées.

Lorsque je dis chacune de leur côté, c'est vraiment les mots qui conviennent car si, par hasard, elles se trouvent à moins de deux mètres l'une de l'autre, on assiste à un concert de grognements et même parfois à des bagarres qui font voler des multitudes de poils de l'une et de l'autre.

Quelques jours avant Noël, l'une d'elle est revenue à la maison dans la nuit, la bouche en sang. Dès le lendemain à la clinique vétérinaire, une jeune femme l'a examinée et gardée 24 h en observation. Rien n'a été diagnostiqué mais ça m'a quand même couté plus de quatre fois une consultation chez un médecin de médecine humaine.

L'ordonnance était de lui donner à manger normalement, le saignement s'étant arrêté spontanément. J'ai remarqué en la reprenant que son poil était tout poisseux. En se léchant, elle avait sans doute étalé du sang sur sa robe. J'imaginais qu'à la maison, elle allait se nettoyer et que tout allait rentrer dans l'ordre. En fait, je l'avais amenée en hémorragie, mais propre et depuis, je ne l'ai jamais revue comme ça.

Avec une délicatesse toute commerciale, la personne qui a vu mon chat et à qui j'ai laissé cette confortable somme d'argent m'a dit au sujet de la nourriture à lui donner que toute la nourriture vendue en supermarché, même la plus chère et soit-disant recommandée par des vétérinaires, c'était de la m...
Je ne donnerai pas les coordonnées de cette clinique vétérinaire dans laquelle je ne retournerai vraisemblablement pas, bien que je sois leur cliente depuis plus de 20 ans, car ce n'est qu'un exemple parmi des milliers. En effet, ces endroits qui devraient être des lieux de soin sont en fait des épiceries à l'image des pharmacies d'aujourd'hui qui vendent sans doute plus de seaux de plage, de chaussures et de bouillottes qu'ils ne font de préparations magistrales.

Ceci n'est qu'une anecdote, car en réalité, le véritable motif de mon mécontentement, c'est qu'elle n'a pas détecté, alors qu'elle pouvait observer Viki pendant 24 heures et lui a fait une prise de sang, qu'il s'agissait d'une stomato-gingivite à calicivirus ayant causé une ulcération profonde dans sa bouche.

Maintenant, la maladie a évolué et cette chatte qui était belle avec un poil épais et souple est maintenant d'un aspect sale avec le poil mouillé car elle bave sans cesse et sent affreusement mauvais. Toutes mes tentatives pour passer un gant mouillé sur son poil déclenchent des manifestations de retrait, et même d'hostilité. Une galère. Tout ce sur quoi elle s'assoit ou se couche est souillé et pue le poisson pourri.

Renseignements pris, il s'agit tout de même d'une affection courante chez le chat, même si personnellement, c'est la première fois, sur les dizaines de chats qui sont passés à la maison que j'en vois la manifestation. C'est surtout une affection redoutable, devant laquelle on est désarmé, car le chat ne mange ni ne boit tant tout ce qui entre dans sa bouche lui fait mal. Les seules solutions sont la seringue pour quelques millilitres d'eau minérale, en une seule giclée, car la seconde transforme le félin en monstre toutes griffes dehors et la bouillie, par le même chemin, et j'allais dire, par surprise, mais c'est tout à fait ça. Ce matin, j'ai essayé le biberon. Je l'avais stérilisé, comme pour un bébé. Peine perdue, tout a voltigé par terre et j'ai renoncé à aller déloger ma chatoune de sous le meuble où elle s'était réfugiée. Je sais que c'est une question de vie ou de mort et qu'il faut éviter qu'elle se déshydrate alors je persiste, mais je me demande combien de temps je vais tenir.

Il n'y a pas de solution miracle, c'est une affection virale et la médecine ne sait pas faire. C'est au chat de combattre son ennemi intérieur avec ses défenses immunitaires et pour ça, je dois l'alimenter correctement, mais je tiens à dire que les épiciers-vétérinaires ne me vendront rien. Il faut également que je protège ma deuxième pensionnaire de la contagion, qui se fait par tous les moyens, sang, salive, déjections, éternuements, poils, bref, tout ce que le chat excrète. Le virus ne résiste pas à l'eau de Javel, c'est une bonne nouvelle, mais tout nettoyer me prend à présent plusieurs heures par jour, sans compter la préparation de la nourriture fraîche, dont elle mange une ou deux bouchées avant de s'en détourner. Je jette le reste, contaminé.

Il va sans dire que ces deux félins sont les derniers. Il n'y aura pas d'autres noms à ajouter à la longue suite de ceux que j'ai accueillis chez moi. Avoir un animal, c'est prendre la responsabilité de pouvoir lui assurer une vie sympa et des soins en cas de besoin. Cette dernière condition n'étant plus remplie du fait de la main mise des laboratoires sur les vétérinaires comme elle l'a déjà fait pour la médecine, je renonce.

Viki