dimanche 15 décembre 2019

Trace, la photo du mois

Thème : Trace, choisi par Gilsoub
Note de l'auteur : Que ce soit celle laissée ou celle suivie, persistante ou éphémère, multiple ou rare, vous pourrez laisser la vôtre sur votre blogue le 15 décembre à midi.

Voici ma photo :



On pourrait croire, en regardant ce champ, qu'une armée de herses se sont acharnées pour produire tous ces dessins en creux dans la terre. En réalité, un seul tracteur a sillonné cette surface avant de repartir sous la pluie qui avait décidé de s'installer en fin d'après-midi. Le tracteur est entré dans le champ à un point précis et en est ressorti sans être passé deux fois au même endroit.

Les tracteurs actuels sont munis de systèmes fonctionnant avec un GPS qui enregistrent la configuration du champ sous forme de fichier lors d'un premier passage. Ce dispositif permet de calculer avec précision les doses de produits à diffuser pour avoir le meilleur résultat en fonction des récoltes passées et de garder en mémoire les rendements selon les endroits. Le trajet de l'engin dans un champ donné est toujours le même. La trace en est unique.

Ce mois-ci, nous suivons les blogueurs à la trace, ils sont là :

Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Christophe, Cynthia, Danièle.B, Dr. CaSo, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, Kelly, Krn, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, magda627, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

lundi 25 novembre 2019

L'hôpital

Franchement, quand c'est sorti, j'ai rigolé. Je croyais qu'ils exagéraient.
J'en sors et maintenant, pour moi, c'est criant de vérité :




Ça, je l'ai vécu.
Dans le couloir, je voyais clignoter le panneau où les numéros se succédaient, en rouge lumineux.

Le mot qui peut qualifier ça est nonchalance. Rien ne peut troubler la routine et loin d'être apaisante, cette nonchalance ajoute au stress des personnes qui ne sont pas là pour une partie de plaisir mais parce qu'elles ont eu un accident et ont surtout envie de quitter l'endroit.

Je ne citerai pas le nom de l'établissement, public, car ce n'est probablement pas le seul dans cette situation.J'y ai personnellement constaté un laisser-aller affligeant. Il ne sert à rien de mettre des pancartes demandant aux visiteurs enrhumés de porter un masque si les sanitaires ne sont pas irréprochables.

Un autre reproche que je pourrais faire est l'impossibilité de voir un médecin, ce qui est un comble pour un hôpital. "Elle ne prend pas de rendez-vous, elle passe quand elle a le temps". Sans commentaire mais avec une question : Mais pour qui se prend-elle ? Je sais que les médecins n'ont pas d'obligation de résultat, sinon, il y en a peu qui mangeraient à leur faim, mais ils sont tout de même payés pour voir les patients, même s'ils ne les guérissent pas.

Enfin, ne cherchez pas la culture, absolument absente de ce lieu. Des téléviseurs muets dans toutes les chambres au dessus des lits, ce qui est insupportable, mais ils sont mieux éteints qu'allumés, la seule chaîne gratuite proposée étant Gulli, ce qui est sans doute bassement intéressé, pour que les plus petits leur foutent la paix. Un salon avec internet et une bibliothèque seraient appréciés.

Ma conclusion est que l'hôpital est un lieu déprimant et dangereux où on est susceptible d'attraper une infection grave qu'on n'avait pas en arrivant et où on peut attendre un certain temps (voir le manuel sur le refroidissement du fût du canon) avant d'être secouru.

Enfin, je ne suis pas raciste mais je ferai remarquer que lorsqu'on n'est pas au mieux de sa forme, on préfère le réconfort de son clan à l'incompréhension de gens avec qui rien ne passe. A l'exception d'un petit mec européen d'une trentaine d'années qui a distribué les repas le dimanche, je n'ai rencontré que des Africaines qui parlaient entre elles un langage incompréhensible. Tout le monde a le droit de travailler mais pourquoi une telle concentration dans un secteur si sensible ? Y aurait-il une pénurie de Français en France ?

vendredi 15 novembre 2019

Photo du mois - La pluie

Photo publiée, en retard de 3 bonnes heures pour cause de manque de réseau, par un intermédiaire. Impossible, pour la même raison, avoir accès au pavé du mois, ni aux publications des autres internautes. Ce sera rectifié plus tard. Merci de votre compréhension, il n'y a pas de wi-fi dans les hôpitaux.


Mise à jour du 24/11/2019 :
J'espère que ma photo vous aura plu (oui, il avait plu... mdr) Je rajoute le pavé de liens qui va me permettre d'aller voir les vôtres. Merci pour vos visites et vos sympathiques commentaires.


Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, Dr. CaSo, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Krn, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

dimanche 3 novembre 2019

En marche vers la destruction de l'humanité

La pitoyable prestation des deux défenderesses de la PMA pour tous, Buzyn et Belloubet, qui ne savent même pas de quoi elles parlent.

Le titre de la vidéo, bienvenue chez les dingues, convient parfaitement à la situation.

Compte tenu de l'actuelle situation de la justice et de la santé en France, il serait temps qu'on mette fin aux agissements de ces deux très mauvais ministres qu'on pourrait peut-être renommer garde des sots et ministre de la maladie.

Nul doute que le but recherché est de mettre des personnes déjà rendues fragiles par un mal-être évident dans une situation pire encore d'où elles ne pourront sortir que par la destruction d'elles-mêmes.


 

samedi 19 octobre 2019

Le génocide des Gaulois

Je relaie cette vidéo sur la véritable histoire de nos ancêtres, foulée aux pieds par les historiens officiels qui ont tout fait pour faire disparaître les Gaulois dans les tréfonds de la culture française. Ne vous en déplaise, l'esprit celte perdure au fond de beaucoup d'entre nous. Je vous encourage également à visiter le site Pagan.eu et à signer la pétition pour une reconnaissance du génocide des Gaulois par les troupes de César, dénoncé par plusieurs auteurs dont Pline l'Ancien, qu'il a lui même commenté dans la Guerre des Gaules.



Avec mes remerciements.

mardi 15 octobre 2019

La photo du mois d'octobre 2019

Sujet du mois d'octobre 2019 : "street photography", choisi par Céline in Paris

Oui, nous avons des anglophones parmi nous et parfois, il faut traduire.
Je comprends qu'il s'agit de photographier une rue ou peut-être une scène de rue.

Ajout de 12h15 : Après avoir regardé les photos de quelques autres participants, je constate qu'il me manquait l'essentiel, le sous titre ; (Observer les passants, immortaliser les scènes de rues, par exemple pour capturer une époque ou un quartier) J'aurais vraiment aimé avoir ces explications qui ne figuraient pas sur le pavé. 


Compte tenu des lois stupides et liberticides qui nous ont été concoctées par l'Union Européenne, je ne crois pas qu'il soit permis que des personnes se trouvent sur ces photographies. Il s'agirait de droit à l'image
Photographier un sujet sans son consentement peut mener devant le tribunal, 1 an de prison et 45000 euros pour atteinte à la vie privée. Même si une personne vous autorise à la photographier, il faut une autorisation écrite et celle-ci doit préciser ce que vous pouvez faire ou non de cette photo.

Dans le but de participer à ce sujet, j'avais pris plusieurs photos très chouettes d'un groupe de garçons d'une douzaine d'années en train de courir dans la rue. Sur toutes les photos, plusieurs de ces garçons s'étant tournés vers moi, leurs visages étaient visibles. Comme je déteste les photos altérées, je n'imagine pas avoir remplacé ces visages par des carrés sans couleur. Pourtant, l'idée de faire une tête au carré à ces garnements ne m'aurait pas déplu car ce sont également ceux qui tordent les portes de boîtes au lettres. Une boîte aux lettres valant moins que 45000 euros, je viens d'en remettre une nouvelle. Je ne veux pas donner à ces petits cons mal élevés une quelconque chance de me prendre en infraction à la loi. Vous imaginerez donc cette rue ensoleillée et ces garçons car je ne peux pas les montrer. 

Voici donc une autre photo de rue, prise dans la commune de Foucarmont, au centre de laquelle on peut admirer le clocher contemporain d'une église en béton édifiée pour remplacer celle d'origine, bombardée le 13 février 1944 avec tout le centre ville par 17 bombardiers "alliés".  Aucune enquête n'a été menée et personne n'a eu à s'expliquer. Il faut dire que, dans le monde où nous vivons, il est tout de même beaucoup moins grave de bombarder des civils que de photographier des inconnus.


Allons voir tous ces photographes amateurs (ou non) qui sont allés dans les rues pour faire, je l'espère, des photos plus significatives que la mienne :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Kelly, Krn, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marine D, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

P.S. : J'ai été jointe le mois dernier pour m'informer que je devais donner le sujet de novembre 2019. J'ai répondu au message mais je n'ai rien reçu en retour. Est-il possible d'avoir une confirmation et si oui, à qui et où dois-je transmettre le sujet ? Merci. (Rappel, je n'ai pas de compte Fb.)
Krn.