jeudi 19 janvier 2017

World Order

Un film documentaire russe sur les rapports entre les puissances, un retour en arrière sur certains évènements et ce qui pourrait amener une guerre.
Si chacun d'entre vous ne prend pas conscience de la situation présente, personne ne pourra le faire à votre place. 1h49 pour voir les choses sous un autre angle.


World Order - FR from Roberto Petitpas on Vimeo.

Pas de Macron chez nous

Pourquoi ai-je donc Emmanuel Macron dans le collimateur et pas un autre ?
D'abord, rien ne dit qu'il n'y en aura pas d'autre et ensuite, parce qu'il faut bien commencer par quelqu'un et que je n'ai pas de préférence pour l'ordre alphabétique.

La première des raisons pour lesquelles je pense qu'il faut laisser monsieur Macron en dehors de la scène politique est qu'il est soutenu par Jacques Attali qui a notamment déclaré à la presse en février 2015 qu’il aurait, je cite "l’étoffe d’un président de la République".
Jacques Attali, c'est cette personne bien en vue dans les media et proches des hommes politiques de tous bords, qui déclarait sans états d'âme que les plus de 65 ans devraient avoir recours à l'euthanasie parce qu'ils étaient devenus inutiles. et qui menace en direct ceux qui le contredisent.
Ensuite, je rejette Macron parce que tous les media l'encensent comme si c'était le messie. C'est loin d'être le cas. S'il y a un candidat pour pérenniser le système mafieux en place, c'est bien lui. Ses "marcheurs" sont des fantômes, il est très américanisé, fait fi du chômage et des vrais Français, donc, à reléguer aux oubliettes. J'espère que ceux qui vont perdre leur temps à la primaire de gauche vont faire preuve de bon sens, car Macron, c'est Hollande bis.

Un autre avis, en vidéo :


dimanche 15 janvier 2017

La photo du mois de janvier 2017

Le street art, choisi par Who cares?
Je cite : "Le street art, ou art urbain, est de plus en plus à la mode, et il peut revêtir diverses formes : la peinture bien sûr (avec le graffiti ou les fresques), mais aussi le pochoir, le collage, le sticker (autocollant), ou encore la sculpture, le carrelage, etc... Si vous habitez en ville, il suffit de lever (ou de baisser) les yeux et d’observer attentivement, je suis sûr qu’il y en a autour de vous. Pour ceux qui habitent à la campagne, il vous faudra peut-être être un plus attentif, mais vous devriez y arriver quand même."      

*

Le "street-art"... Un néologisme venu d'outre-Atlantique qui recouvre tous les abus de "décoration" de l'espace public car street, malgré sa consonance franchement étrangère, c'est la rue.

Qu'est-ce que l'art ? Il me semble qu'en tant qu'ancienne de l'école des Beaux-Arts de Paris, je peux en dire quelques mots. J'ai fréquenté cette école un certain nombre d'années et je n'y ai jamais rencontré d'artistes mais des plasticiens, des céramistes, des sculpteurs, des architectes...

L'art s'oppose à la nature. La nature est brute, l'art la transforme. L'art, c'est l'alchimie. Ça suppose un savoir faire, une compétence et ça ne s'improvise pas. L'art culinaire s'apprend, la danse, la musique, la poésie ont des règles, le dessin et l'architecture aussi. Au nom d'une prétendue liberté d'expression artistique, on fait n'importe quoi et si c'est bien de l'expression, ce n'est pas de l'art.

Les graffouillages sauvages des uns côtoient les prétendues œuvres d'art des autres, le tout agrémenté de ces horreurs dont les personnes au pouvoir nous gratifient de temps en temps. Je pense évidemment au sex-toy vert de la place Vendôme et à l'immonde tas de ferraille déversé sur la pelouse jouxtant le bassin de Neptune à Versailles sous l'appellation "vagin de la reine". Non seulement c'est grotesque, mais c'est dégradant et doit malgré tout être supporté par tous puisque visible comme une fiente de pigeon sur un pare-brise.
Je n'ai aucune illusion sur les buts véritables de ces "artistes" auto-proclamés dont la seule qualité est de réveiller les endormis. Il va sans dire que vu ce qu'on qualifie à présent d'art, je considèrerais comme une insulte le fait d'être considérée comme une artiste.

Fidèle à mes principes, j'ai choisi cette petite plaque métallique incluse dans un trottoir de Dieppe. C'est discret, un peu grand pour être un repère d'arpentage (j'en ai vu une deuxième un peu plus loin) et je ne sais pas à quoi ça peut servir, mais ça ne dérange pas le lieu. Elle est invisible à ceux qui ont le nez en l'air. Il y a un travail de la matière et certainement une intention, même si je ne la perçois pas.




Pour les amateurs, c'est ici :

A chaque jour sa photo, Akaieric, Alban, Alexinparis, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Carole en Australie, Chat bleu, Chiffons and Co, Chloé, Christophe, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dr. CaSo, E, El Padawan, Escribouillages, Estelle, Eurydice, Evasion Conseil, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Je suis partie voyager, Jess_TravelPicsAndTips, Josette, Josiane, Julie, Kellya, Kenza, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l'Air, La Tribu de Chacha, Lair_co, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mamysoren, MauriceMonAmour, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Noz & 'Lo, Pat, Paul Marguerite, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Sinuaisons, Sous mon arbre, Sweets Mix, Tambour Major, The Beauty is in the Walking, Tuxana, Who cares?, Wolverine, Xoliv', écri'turbulente, ÔBD.

vendredi 13 janvier 2017

jeudi 12 janvier 2017

Boycott Israel

J'aurais pu écrire tout un article sur cette image, mais en fait, je me contente de la regarder en imaginant la suite.


Merci à Michael Antidebunker à qui je l'ai empruntée.

mardi 10 janvier 2017

Faute de pavoisement dans la capitale

Honte au maire de Paris qui ne respecte pas les règles du pavoisement et fait figurer sur l'hôtel de ville les couleurs d'un pays aux actions controversées, ce qui constitue une provocation partisane de nature à troubler l'ordre public.


Article 1er du décret n°89-655 du 13 septembre 1989 :
« Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du Gouvernement ou à l’initiative d’une autorité publique. Les ordres du Gouvernement pour la célébration des cérémonies publiques déterminent le lieu de ces cérémonies et précisent quels autorités et corps constitués y seront convoqués ou invités. »

Comme le précise l’article 2 de la Constitution de 1958, « l’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge ». Le drapeau tricolore français est le seul emblème obligatoire qu'il convient d’arborer sur les bâtiments et édifices publics lors de la célébration des commémorations nationales.

Il appartient au Premier ministre de donner des instructions pour le pavoisement des bâtiments et édifices publics :
● à l’occasion de cérémonies nationales ;
● à l’occasion de la réception de chefs d’État étrangers ;
● pour la mise en berne des drapeaux lors de deuils officiels.
Ces instructions sont transmises aux maires par le préfet. Dans ce cadre, le pavoisement des édifices publics est obligatoire. Un maire peut également prendre l’initiative du pavoisement ou de la mise en berne. Lorsqu'un édifice n’est pas public, il peut être pavoisé librement. L’usage républicain veut que seul le drapeau national orne de manière permanente les édifices publics.

Lors de la visite de personnalités étrangères, il est de tradition d’honorer les invités en disposant, de manière temporaire, le drapeau étranger correspondant, à côté du drapeau français
Des insignes et emblèmes régionaux ou départementaux peuvent trouver leur place dans des manifestations culturelles ou folklorique locales, mais à condition que ce pavoisement soit temporaire et que le drapeau national soit à la place d’honneur.

dimanche 8 janvier 2017

2017, une bonne année ?

Si cette année est celle de la vérité, de la révélation des faits tels qu'ils se sont vraiment déroulés, si les vrais responsables des exactions en ce monde sont enfin arrêtés et jugés, si de vrais gouvernants arrivent à la place des marionnettes occidentales et se préoccupent des peuples au lieu de profiter sans vergogne pour leur situation personnelle des richesses qui devraient être à tous, si chacun d'entre nous peut prendre librement la parole sans être poursuivi, si au lieu de détruire la santé des personnes, et notamment des enfants, le ministre de la santé arrête d'obéir à Big Pharma, si les forces de l'ordre reviennent à leur mission première qui est la protection de tous et non de quelques intouchables, et surtout si aucun des hommes politiques soutenus par les media corrompus n'est élu à la présidence de la République Française, alors oui, 2017 sera une bonne année sinon, retournez dormir et attendez 2018.