samedi 15 juin 2019

Stone Cold Justice

Un film australien de 45 minutes, en anglais, sur la torture subie par des enfants palestiniens parfois seulement âgés de 5 ans de la part des Israéliens. Police et militaires.

 Certains obéissent seulement aux ordres venus d'en haut, d'autres sont des intégristes croyant réellement qu'un dieu leur a promis cette terre et que cette promesse est plus importante que les lois.


 

Le village, la photo du mois de juin 2019

Thème : LE village, choisi par Marie-Paule 
Note de l'auteur : "celui que chacun de nous aime particulièrement, le village natal, celui où l'on vit, celui des origines familiales, celui où l'on passe ses vacances..."

Voici ma photo :


Les Treize Saints est un village du canton d'Écouché, dans l'Orne où est né, en 1809  mon ancêtre Alcindor. Le prénom est la version normande du prénom Alexander et il ne fait sans doute pas partie des treize saints du lieu.

Cette seigneurie était par le passé un fief important, lequel comprenait un manoir et une ancienne motte, une prison, un colombier, des jardins, un moulin, un étang, des pâturages, des terres labourables, un bois et des garennes. Il y avait également une église nommée Notre Dame des Treize Saints. Elle n'a pas résisté à la pioche des démolisseurs et il ne reste qu'une chapelle où deux saints rescapés, saint Joseph et sainte Barbe, sont encore honorés par des habitants très peu nombreux.

Pour la petite histoire, Alcindor était un cousin du grand-père de Marie-Françoise Martin, plus connue sous le nom de Sainte Thérèse de Lisieux, originaire de l'Orne, et son existence a été moins paisible puisqu'il a habité plusieurs régions de France et a même changé plusieurs fois de métier. Il est le dernier de mes ascendants à avoir vécu aux Treize Saints, un bien joli petit endroit.

A présent, voyons donc les villages de ces autres blogueurs : 

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Travelparenthesis, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.



mardi 4 juin 2019

Sécurité vs surveillance

Vous vous sentez surveillés ? Vous avez raison.
Il n'y a pas que les espions ou la NSA qui épient vos allées et venues et vos conversations. La surveillance est partout.
Pour commencer, levez les yeux dans une ville et vous n'allez pas tarder à comprendre que la municipalité a installé ces mouchards pour savoir ce que font ses administrés et pas forcément toujours pour leur bien.

Les radars routiers sont une autre forme de surveillance. Ils "flashent" les automobilistes en infraction, mais si vous vous faites prendre, votre photo entre dans ce fichier avec celle de votre voiture. Le lecteur automatique de plaques minéralogiques, bien que passé sous silence dans le code de la route, existe. il permet de surveiller tous les véhicules passant dans son champs de vision, en enregistre la plaque et peut également obtenir une photo nette du véhicule et de ses occupants. Il peut être fixe, transportable ou embarqué. Ils ont tout prévu. En décembre 2018, le ministère de l'intérieur a lancé un appel d'offres pour équiper policiers et gendarmes de nouveaux lecteurs automatiques de plaques d’immatriculation pour un montant estimé à 10,8 millions d’euros.
Pour le bien de qui ? Pour organiser une telle surveillance, il faut vraiment se sentir merdeux, sinon, on dort tranquille.

Code de la sécurité intérieure - Article L233-1
Plus vaste que la surveillance locale est la surveillance organisée par les réseaux dits sociaux qui épient ce que vous regardez sur internet et qui n'ont inventé les boutons "j'aime" que pour connaître vos idées et vos envies commerciales. Facebook, Google et Youtube sont les trois plus grandes officines de surveillance jamais inventées. Comparativement, le KGB est un petit joueur. Ce fichage des individus n'est évidemment pas philanthropique.

Si vous utilisez un téléphone portable, ne cherchez pas plus loin, votre opérateur sait où vous vous trouvez à chaque instant et communique ces données à qui les demande. Gouvernement, police, justice...  Malheur à vous si vous êtes passé près du lieu d'un assassinat et que vous étiez seul. Avant de vous disculper, votre porte sera forcée, votre maison mise à sac et votre intimité balancée à la presse et ça, dans c'est le meilleur des cas.

La reconnaissance faciale, déjà active sur certains "téléphones intelligents" pour s'identifier, est l'idée de génie des paranoïaques de l'espionnage. Cette technique peut être utilisée en photo, en vidéo ou en situation réelle. Couplée avec les systèmes dont je parle ci-dessus, c'est la porte ouverte à tous les abus. Bienvenue dans le vingt-et-unième siècle !

vendredi 31 mai 2019

PTZ TV webcam

Une webcam bien sympa pour ceux qui aiment les navires de croisière.


Les navires arrivent entre 5h30 et 6h30 heure locale et repartent entre 15h30 et 16h30 heure locale.

Le Parisien voyant extra lucide ?

Le journal Le Parisien connaissait-il les résultats des élections le 26 mai 2019 à 7h11 avant l'ouverture des bureaux de vote ?
La réponse en vidéo :


jeudi 30 mai 2019

5G à la ferme


Après les montres et les machines à laver, voici les vaches connectées.

Vous croyez que je plaisante ? Que nenni, hélas !

Des vaches connectées à la 5G et un système de traite robotisé pourraient révolutionner les fermes anglaises. L'info vient de Reuters. J'admets que cette agence de presse ne diffuse pas que de vraies infos, alors celle-ci serait-elle une "fake-news" destinée à effrayer les populations ?

Dans une ferme laitière de Shepton Mallet, en Angleterre, cinquante vaches auraient été équipées de colliers intelligents 5G et de capteurs auriculaires qui surveilleraient leur santé et leurs humeurs.

Ces colliers intelligents communiqueraient avec un système de traite robotisé de façon à ce que lorsque la vache est prête à être traite, la machine viendra se connecter automatiquement sur les pis.

Je demande à voir, quand même.

Les machines enregistreraient la production de la vache et la récompenseraient avec des friandises. Les capteurs situés sur l'oreille de la vache auraient pour rôle de détecter des signes d'inconfort ou de mauvaise humeur pendant le processus de traite et alerteraient les opérateurs en cas de problème.

Duncan Forbes, directeur du projet a déclaré à Reuters que la capacité de la 5G à transmettre les données des capteurs beaucoup plus rapidement que le PC des fermes était étudiée. A terme, ce type de technologie pourrait être utilisé dans les communautés rurales de tout le pays. Chaque vache, et même chaque animal peut être connecté. C'est ce que la 5G peut faire pour l'agriculture partout au Royaume-Uni et même partout dans le monde.

Conçue par Agri-EPI avec le soutien du conseil britannique de la stratégie, la société laitière de haute technologie utilise l'intelligence artificielle, des dispositifs automatisés, l'internet des objets et des capteurs. Certains dispositifs intelligents incluent des brosses automatisées qui tournent lorsque la vache se frotte dessus, des rideaux actionnés par un capteur s'ouvrent en fonction de la météo, des caméras surveillent l'intérieur des installations et les pâtures, et un système d'alimentation intelligent achemine automatiquement les aliments dans l'étable par des rails montés au plafond.

Même si la façon dont je le dis rend ça drôle, arrêtez de rigoler, je vous entends d'ici !

L'automatisation de la main-d'œuvre pourrait éliminer de 20% à 25% des emplois actuels d'ici la fin des années 2020. Lorsqu'on comprends qu'avec des idées pareilles, les agriculteurs risquent de perdre leur travail au profit de robots, ça ne présage rien de bon et ce n'est que le début des conneries. Comprenez que ces expériences risquent bien de ne pas s'arrêter aux vaches.




mercredi 29 mai 2019

Anecdote de bureau de vote

Dimanche dernier, c'était la fête des mamans et comme la mienne vit loin de chez moi, j'avais décidé de voter de bonne heure pour avoir tout le reste de la journée pour me rendre chez elle et y rester.

J'y étais dès l'ouverture du bureau de vote. J'habite une petite commune et c'est convivial. On dit bonjour à tout le monde tout en prenant comme il se doit, chaque bulletin pour en faire un bouquet qu'on emporte dans l'isoloir. Cette année, pas de bulletins mais les professions de foi, immenses à plier en seize !

Alors que j'étais affairée à ne pas en oublier, ma voisine est entrée dans le bureau de vote et sans dire bonjour à personne a directement pris un papier de la république en marche sans en choisir d'autre et est rentrée dans un isoloir. Elle en est ressortie avant même que j'ai fini de glaner mes feuilles et a quitté le bureau de vote sans dire un mot.

En moi-même, j'ai à ce moment là pensé que cette femme était l'image même de ce parti qui n'est en fait qu'un ramassis de membres déserteurs d'autres partis. Hautaine, impolie et méprisante vis à vis des règles, elle est à l'image de ceux qui sont à la tête de l'état.


On a voté

On a voté et ce n'est pas vraiment glorieux. Après des élections présidentielles et législatives calamiteuses en 2017 et les européennes de 2019 dont les résultats sont consternants, la France ne peut que s'enfoncer comme le Titanic dans les eaux troubles de la décrépitude.

Comme sur un navire, au début, on ne voit rien et on ne tient pas compte des signaux d'alarmes. Les Français ne réagiront donc que lorsqu'ils auront l'eau à la gorge.
Je dois dire que je suis extrêmement surprise du score de 22.4% de la liste étrangement baptisée "renaissance" au dernier moment.

Presque un quart des votants auraient choisi de soutenir la politique désastreuse du gouvernement en place ?

Si on considère justement ce gouvernement, on constate qu'il est dans la ligne de ses prédécesseurs et pour cause, ce sont les mêmes. Un président issu des socialistes et un premier ministre ping pong qui a rebondi du parti socialiste à l'UMP avant de soutenir d'abord Juppé, puis Fillon, pour l'abandonner lâchement pour jouer les opportunistes avec EM lors de la mascarade organisée pour descendre ce dernier. Un jeu facile pour quelqu'un qui avait fréquenté assidument le ministère des finances que de sortir opportunément une "affaire" pour discréditer un adversaire de poids, surtout lorsqu'on a la presse avec soi. Les Français n'ont rien vu. Hypnotisés par la presse, ils ont voté comme des zombies lors de la présidentielle et ont souvent voté lors des législatives pour les mêmes qu'avant, des socialistes qui étaient devenus EM.

EM (officiellement En Marche) devenu LREM, n'a pas rassemblé des nouveaux venus en politique. Il a dragué dans les autres partis, les opportunistes qui ont senti le vent tourner quand Hollande était tellement descendu dans l'estime des Français qu'il n'avait plus aucune chance pour 2017. Le meilleur exemple du retournement de veste est bien l'actuel premier ministre Edouard Philippe qui a beau jeu de parler des partis traditionnels en perte de vitesse compte tenu de son propre parcours. Ne vous leurrez pas, les marcheurs sont pour la plupart des anciens socialistes, même si quelques uns, bien moins nombreux, viennent de ce qu'on appelle la droite traditionnelle.

Rien n'a changé. Les Français votent pour ceux qu'ils connaissent, sans comprendre le dixième de ce qu'il annonce comme programme. Les élections ne servent strictement à rien car de toutes manières, tout est décidé d'avance et si par malheur, les Français décidaient de voter autrement, comme le non à la constitution européenne, il n'en serait tenu aucun compte.
Pour ce qui est de ce dernier scrutin pour les députés européens, je ne serais pas surprise si des fraudes étaient découvertes car même si je sais qu'une grande partie des électeurs se comportent comme des moutons, je ne les crois tout de même pas si stupides que ça.
22,4%, vous avez dit ?




samedi 25 mai 2019

On va voter

Ce sont les élections européennes mais c'est également l'occasion de rappeler au gouvernement ce dont on ne veut pas.

Un petit aperçu, très bref mais bien expliqué, trouvé sur la chaîne de l'Aile à Stick que je ne regrette pas d'avoir dénichée :





J'ai délaissé trop longtemps cet espace de publication, attendant avec curiosité le résultat du mouvement des gilets jaunes et du débat promis par le gouvernement, mais je crois qu'il est temps qu'il reprenne du service.

mercredi 15 mai 2019

La photo du mois de mai 2019.

Thème : Le merveilleux (mirabilia) dans votre vie, choisi par Betty
Note de l'auteur : Ce qui vous émerveille, vous surprend, vous étonne...

J'ai longtemps hésité car ce que je tiens pour le plus merveilleux ne se prend pas facilement en photo. Malgré tout, je pouvais en photographier le témoignage et je savais où le trouver.

Voici donc ma photo :


Il s'agit d'un vitrail offert par ses ouailles à l'abbé L. curé de cette paroisse en guise de reconnaissance pour avoir passé toute sa vie dans ce village, avoir marié les amoureux, baptisé leurs enfants et enterré leurs aïeux. C'était un vrai curé, en soutane, resté dans la plus pure tradition et il y avait du monde à la messe le dimanche matin, il n'y a pas si longtemps, à l'heure où ailleurs, ce n'était déjà plus à la mode.

Il a rendu l'âme à un âge avancé, non sans avoir monnayé quelques "indulgences" et sermonné tout le village à propos de tout et de rien malgré une chaire un peu branlante. C'était un personnage estimé et respecté. Il tenait une place importante. C'est cette estime et ce respect que je voulais montrer. Ils sont là, dans cette reconnaissance et il manquent singulièrement aujourd'hui.

Le portrait de l'abbé est en bas, au centre de ce vitrail qui représente sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Le phylactère dit : "Je veux passer mon ciel à faire du bien sur la terre , Après ma mort, je ferai tomber une pluie de roses sur la terre".
Je crains que nous attendions en vain ce miracle, mais aussi le retour du respect et de la reconnaissance.

Vous pouvez aller vous émerveiller chez tous ces blogueurs qui ont planché sur ce thème ce mois-ci :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Betty, Blogoth67, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

lundi 15 avril 2019

La photo du mois d'avril

Thème : En avril ne te découvre pas d'un fil, choisi par Lilousoleil
Note de l'auteur : Mais si vous découvriez le vôtre ! fil rouge, fil de la vie, vie de l'eau...

A première vue, le sujet m'a paru difficile. Je ne voyais vraiment aucun rapport entre ces différents fils. L'éclaircie est arrivée de nuit, fortuitement.

Que ceux qui ne les aiment pas me pardonnent, les araignées et les pieuvres sont pour moi des modèles absolu de perfection animale. Voici donc ma photo :


J'étais allée relever le compteur d'électricité qui se trouve dans un petit bâtiment le long de la rue lorsque j'ai vu le papillon.
Après un vol désordonné dont seuls les papillons ont le secret, il s'est posé sur le carreau de la porte. C'est l'un des premiers de l'année et je n'ai pu faire qu'une photo avant qu'il ne s'envole ailleurs, très vite et tant mieux pour lui.
La vie du papillon ne tenait qu'à un fil, celui qui se trouve tout près, tissé par cette très belle tégénaire qui, comble de perfection, possède huit pattes. Le huit étant un chiffre qui revient souvent dans mes choix. Elle n'a pas eu le temps. Tant pis pour elle.
Je n'avais pas vu l'araignée. Ce n'est qu'en transférant, hier, mes photos sur mon ordinateur que j'ai su que j'allais choisir celle-là. Il était temps.

Les autres fils, chez ces blogueurs, allez les voir, merci :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Pat, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

dimanche 14 avril 2019

Quand l'état est complice des crimes

Tout finit toujours pas se savoir.

L'état français a protégé des pédo-criminels, comme la Belgique, comme la Grande-Bretagne et bien d'autres pays encore l'ont fait.

Écoutez. Ce n'est pas long et c'est édifiant.


 

Julien Assange a été arrêté.

Je ne vais pas commenter.
Voici deux interventions sur le sujet qui sont plus pertinentes que tous ce que je pourrai en dire :




Merci d'avoir regardé jusqu'au bout.

lundi 8 avril 2019

Sondage youtube

Youtube, et donc Google, souffre d'espionite aigüe.
A force de surveiller les internautes, ils débloquent complètement.
Le premier sondage délirant était en russe et j'ai seulement souri avant de passer à autre chose.

Mais à l'apparition de celui-là, que je présume être du japonais, je n'ai quand même pas pu me retenir de faire une capture, tout en riant bien.

C'est la youtubite, qui se manifeste également en phase terminale par des disparitions de contenu, de vues ou carrément de comptes. Méfiez-vous, c'est plus courant qu'on pourrait croire.




lundi 1 avril 2019

Mensonge en haut lieu


N'attendez rien des autorités, elles mentent. Du plus petit au plus haut fonctionnaire, des mensonges s'ajoutent aux mensonges.

Heure d'été

Et voilà, c'est fait, comme tous les ans, les Français sont de nouveau sous le régime de l'heure imposée sous l'occupation allemande de 1940.
On ne peut pas dire que ce soit de gaîté de cœur que je modifie mes pendules, sachant que je suis dans l'obligation de me plier au régime nazi des horloges de la république.
Nous sommes donc maintenant à l'heure de Berlin, environ à 14° est, alors que nous sommes au méridien 0.
Ma grand-mère ne s'y trompait pas, qui parlait d'heure allemande.

J'ai oui dire qu'en 2021, cette aberration deviendrait permanente ? Qu'on ne repasserait plus à une heure un peu plus en accord avec l'heure vraie, même si elle en est encore éloignée d'une heure ?
Qu'en octobre 2021, on resterait en hiver avec l'heure d'été ? Mais qui a pris cette stupide décision ?

Je me réjouissais au premier abord qu'on ne change plus, mais seulement si c'était au mois de mars qu'on ne devait plus subir ce décalage mortel pour le moral et qu'en octobre, de nouveau, l'heure de la France renaitrait enfin et avec elle l'envie de se réveiller avec le soleil pour revivre normalement.

Lorsque je suis née, il n'y avait pas de changement d'heure. Toute l'année, nous étions à l'heure allemande d'hiver et c'était acceptable, sans être idéal. C'est le traître Giscard, occupant de l'Élysée, qui a remis les pendules à l'heure hitlérienne en 1976, sans doute pour habituer les jeunes générations à rester sous le joug des Allemands qui pourtant, n'étaient pas encore réunifiés.

Serons nous un jour également obligés de chanter en plagiant Hot Chocolate ?




I believe in Merkel,
Where are you from ?
You sexy thing !



vendredi 15 mars 2019

Photo du mois : poésie


Thème "La poésie cachée dans notre quotidien", choisi par Jakline.

Note de l'auteur : une lumière, un paysage, un regard, ….chacun de nous a SON idée de poésie, son ressenti. Une photo va peut-être nous révéler aux autres !!!


Un petit rayon timide de soleil de mars entre deux coups de vent pour vous montrer le banc de bois de ma voisine préférée à qui je rends désormais visite au cimetière. Un banc qui a porté tous nos enfants, lesquels, devenus grands, ont mis sur la butte ce qu'il en reste mais que personne n'osera mettre au feu tant il nous rappelle de souvenirs.

Le ressenti d'autres blogueurs, ici :

Akaieric, Alexinparis, Angélique, Betty, Blogoth67, Brindille, Bubble gones, Cara, Christophe, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Nicky, Pat, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

lundi 4 mars 2019

Ce qu'on devrait comprendre

J'ai très peu écrit ici ces derniers temps. J'étais en phase d'observation. Il n'y a que lorsque les conflits s'extériorisent qu'on peut les regarder. Dans leur phase de latence, ils sont comme les volcans endormis. On sait qu'un jour peut-être ils vont de nouveau se réveiller, mais de la même façon qu'on ne sait pas quand, on ne connait pas non plus la nature et l'ampleur du phénomène de réveil.

Depuis le 17 novembre 2018, le peuple est dans la rue. Il est venu révéler la détresse que de plus en plus de familles vivent depuis si longtemps lorsqu'une fois le loyer et les factures d'énergie payées, elles se trouvent devant des choix comme manger ou se chauffer.

Mon silence pouvait laisser croire que j'étais indifférente. Il n'en est rien. J'ai été élevée avec le minimum, dans une maison sans chauffage ni confort. C'était tout de suite après la seconde guerre mondiale et il y avait encore des restrictions. On peut donc dire que vivre sans confort est une seconde nature pour moi. J'estime ne manquer de rien de matériel mais je comprends que d'autres n'aient pas ce sentiment, surtout ceux qui ont des enfants. Lorsque les pieds grandissent et que la solution est de faire des trous au bout des chaussures parce que les payes ne suffisent pas à les remplacer, j'appelle ça de la maltraitance et ce n'est pas de la part des parents, mais de ceux qui font les salaires. Parallèlement, il y a ceux à qui Papa paye une voiture pour le jour de leur majorité. La marche est haute et ils ne peuvent évidemment pas comprendre. Ceux-là, vissés devant les télévisions gorgées des impôts des Français n'ont qu'un son de cloche, celui des journalistes avec des salaires à cinq chiffres. Une indécence.

Jeune, j'avais eu le coup de foudre pour un écrivain du siècle précédent, Émile Zola. La série des Rougon-Macquart est encore dans ma bibliothèque. Germinal qui faisait une description si juste et si poignante des conditions de vie des exploités du capitalisme en s'appuyant sur le monde des mineurs, m'avait particulièrement marquée. Et bien nous y sommes. Germinal, c'est maintenant et les nantis font appel à la soldatesque pour mater la révolte. La mine finit par tuer, car le désespoir peut atteindre des abysses. Où allons nous avec celui de ceux qu'on nomme du fait de leur uniforme "les gilets jaunes" ? Ont-ils encore quelque chose à perdre maintenant que ceux qui gouvernent les ont essorés de leurs moindres économies, de leurs moindres biens ? Là où je craignais en fin d'année une tuerie, la police, armée et protégée comme des robots caricaturaux, a finalement choisi d'ajouter à leur misère la mutilation. Ce n'est pas fortuit, c'est voulu. Les armes choisies et la façon dont les tireurs visent la tête des manifestants n'est pas un hasard. Ils ne tuent pas mais fabriquent des handicapés dans le but de décourager les autres. Ceux qui ne leur rendront pas justice sont les complices de ces crimes.
J'arrête ici la comparaison avec le roman de Zola car je crains que l'espoir final porté par le personnage de Lantier n'ait que peu de réalité dans le contexte actuel. La mafia qui règne sur la France doit être déboulonnée, mais pas par des actions de masse. Chacun, en boycottant les supermarchés et en limitant ses déplacements, peut agir plus utilement qu'en allant servir de cible aux tireurs recrutés pour les blesser. Hauts les cœurs. La révolution, ce n'est pas seulement le samedi.

NB ; Ceux qui n'auraient pas lu le roman de Zola, Germinal, peuvent en avoir un petit aperçu gratuit, mais tout petit, en vidéo ici. Ceux qui ont un peu plus de moyens peuvent acheter le livre.

vendredi 15 février 2019

La photo du mois de février 2018

"Faire de sa ville sa prochaine destination de voyage !", choisi par Julia

Note de l'auteur : Parcourez les rues de votre ville comme si c’était la première fois et attardez-vous sur des détails. Levez les yeux pour découvrir votre ville sous un nouvel angle ! Et partagez vos découvertes avec nous.

Vivant en pleine campagne et le sujet s'adressant plutôt à des citadins, c'est dans la petite ville la plus proche que j'ai fouiné pour découvrir l'inattendu.
Et je l'ai trouvé...



Ah bien sûr, ça ne paye pas de mine, mais j'étais ravie de le découvrir.

Il y avait, parait-il, sept moulins sur la Risle dans la commune. J'en connaissais trois. Voici le quatrième, dont la roue est bien cachée.

Une belle trouvaille pour moi car autant l'histoire d'un lieu m'intéresse, autant les voyages touristiques, c'est sans moi.

D'autres découvertes chez tous ces blogueurs :


Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Blogoth67, Brindille, Bubble gones, Cara, Christophe, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dr. CaSo, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.


mardi 15 janvier 2019

La photo du mois de janvier 2019

Drôle de machine, au singulier ou au pluriel, thème choisi par Amartia 


Malgré ses grandes pattes, cette araignée de cimetière n'avance qu'au pas. C'est une excavatrice. Elle creuse les fosses rapidement mais il lui faut un conducteur expérimenté pour l'installer. Celle-ci se relève d'une galipette dans le bas du cimetière de Saint-Aquilin de Pacy. Victime d'un problème d'équilibre, elle avait les pattes en l'air lors de l'enterrement. Une façon comme une autre de distraire le convoi...

D'autres drôles de machines ici :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Aude, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dr. CaSo, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Nicky, Pat, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

dimanche 13 janvier 2019

Costa Concordia, 7 ans déjà.

Il y a sept ans, le navire de croisière Costa Concordia, exploité par Costa, du groupe Étatsunien Carnival, chavirait à quelques mètres du rivage de l'île italienne de Giglio.

Je ne comptais pas publier sur le sujet cette année, mais des petits malins ont cru intelligent de ressortir une vieille vidéo poussiéreuse pleine de mensonges, en faire une copie et la poster sur youtube avec un titre putaclic laissant croire que c'était de nouvelles révélations.

Alors moi-aussi, je vais exhumer de vieilles infos, et à commencer, les erreurs, oublis ou mensonges de la presse.

Voici ce qu'on pouvait trouver dans la presse dans les jours qui ont suivi :


Commentaire :
1 - Le trajet de la croisière. 
On dirait une pub Costa pour ses croisières à bas prix. Je suis étonnée qu'ils n'aient pas ajouté le tarif. Imaginons que tout le monde ait compris que ce soit pour situer l'endroit de l'accident. La Méditerranée, avec des Français à bord, ça intéresse beaucoup plus que des centaines de morts à l'autre bout du monde.

Le trajet est faux, 
l'heure du premier accident aussi 
le phare indiqué n'existe pas. 

Il n'y a à Giglio Porto que deux balises de port, verte et rouge, dont les lampes ne font que signaler le bout des jetées.

On peut voir la rouge au premier plan devant le navire et constater qu'elle n'a rien d'un phare.

2 - Le Costa Concordia.
En bonne place au centre, les dimensions du navire et son coût. Il faut le savoir, c'était un très gros bateau qui avait coûté très cher.

3 - L'accident.
La première erreur est dans le titre. Il n'y a pas eu un accident mais deux et ça, personne ne vous le dit car pour faire porter un gros chapeau au commandant du navire, il fallait que ce soit un seul sinistre et on va voir comment.
On commence par le bilan et on souligne les morts en gras. C'est bien, les morts, ça fait vendre.
Le n°1 est vrai. Le navire a heurté de côté un récif immergé. C'était le premier accident.
Le n°2 exagère la brèche. Elle n'est pas de 70 mètres mais de 43,5 mètres. Les compartiments prétendument étanches 4, 5, 6 et 7 sont touchés, dont celui des moteurs et celui des génératrices, ce qui explique la perte de propulsion et le black out.
Le n°3 parle de panique et c'était bien le cas. La plus grande partie de l'équipage, indonésien et sous-payé, ne comprenait pas la langue de travail à bord, qui était l'italien et à peine quelques mots d'anglais. Ils n'avaient pas reçu de formation et se sont précipités dans les chaloupes de sauvetage, invitant les passagers à rejoindre leurs cabines. Ils ont d'ailleurs été décorés pour leur courage et ce n'est malheureusement pas une plaisanterie.
Quelques passagers bien intentionnés ont évoqué le naufrage du Titanic, sans doute pour entretenir le moral de ceux qui ne trouvaient pas de place dans les chaloupes, les radeaux de survie n'ayant pas été utilisés, à l'exception de quelques uns.

J'ajoute un numéro 4.
Alors que l'évacuation touchait à sa fin et qu'un aller retour de chaloupes avait été organisé du côté tribord, le navire a chaviré. C'était le second accident. L'eau s'était répandue dans les ponts inférieurs du fait de portes étanches non réglementaires. Ça non plus, la presse n'en a pas parlé. Forcément, car ce simple fait rendait le navire impropre à la navigation car la réglementation exige qu'en mer, les compartiments étanches soient fermés pour garder une bonne flottaison le maximum de temps. Il fallait détourner l'attention de façon à ce qu'on ne parle pas trop du navire et on a inventé la fable du capitaine qui quitte son navire avant tout le monde, un scandale exploité par la presse, car le scandale, c'est  comme les morts, ça fait vendre.

Je ne connais pas personnellement Francesco Schettino et je n'ai aucun autre intérêt dans cette histoire que de montrer que, comme d'habitude, les puissants entre eux peuvent avoir des arrangements là où la justice est impitoyable avec les "pions" avec lesquels ils jouent comme sur un échiquier.

Une belle technique de communication, mais mensongère a été le coup de fil très médiatisé entre le capitaine Gregorio de Falco, censé surveiller les navires depuis Livourne, qui n'avait rien vu, et le commandant du Costa Concordia, au cours duquel le premier s'est permis de proférer des grossièretés indignes d'un militaire. Il en avait reçu l'ordre et n'a pas désobéi. Il a été "remercié" par une mutation dans un placard, pour faire comme si sa hiérarchie désapprouvait.
Sachez-le, ce coup de fil a été préparé entre ce capitaine impoli et un procureur avec des infos obsolètes car au moment de ce coup de fil, le navire était déjà couché. L'échelle de corde par laquelle il invitait F. Schettino à remonter sur son navire était sous l'eau depuis une heure et ce dernier n'avait quitté le navire qu'au moment du chavirement. Il y a des témoins, des documents photographiques et vidéo et même la presse a publié des images sur lesquelles on peut constater que le canot du capitaine, le premier à tribord, est encore à sa place juste avant que le navire bascule. En voici une :


 Vous le savez, les media font la pluie et le beau temps chez 99% des personnes qui les lisent alors ouvrez les yeux. Sur l'image ci-dessus, le canot du capitaine est le premier à droite de l'image, le canot rouge. Au moment de la photo, le capitaine est en train de décoincer la chaloupe du fond qui était maintenue par son bossoir qui menaçait de la faire couler. C'était quelques minutes avant que le navire bascule. S'il ne s'était pas posé sur le rocher en pente, le Costa Concordia, qu'on voit se remplir d'eau à a poupe, aurait coulé le nez en l'air en se retournant. Ce qui justifiait parfaitement ce commentaire :


Je vous rappelle que le capitaine Francesco Schettino a été condamné à 16 ans et 1 mois de prison. Costa, par contre, a été remboursé intégralement par les assurances pour la perte de son navire inapte à la navigation.
L'équipage aussi, avait des gilets jaunes, il les a mal utilisés.

Selon que vous serez puissant ou misérable
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de la Fontaine.