jeudi 15 février 2018

Contraste, la photo du mois de février

Thème : Contraste, au singulier ou au pluriel, choisi par Philisine Cave

Note de l'auteur : on peut interpréter le mot sur la forme (son sens photographique : propriété intrinsèque d'une image qui quantifie la différence de luminosité entre ses parties claires et sombres) ou sur le fond (deux éléments de l'image pourraient symboliser une opposition : la présence de l'un fait ressortir celle de l'autre) ou bien sur les deux ou bien sur tout autre chose (le mot "contraste" autorise plein de métaphores). Voilà, voilà ! A vous de jouer !

Il a neigé. Une belle occasion pour faire du noir et blanc en couleur.


D'autres contrastes, chez ces autres blogueurs : 


Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Betty, BiGBuGS, Blogoth67, Cara, Carolyne, Chat bleu, Chiffons and Co, Christophe, Cricriyom from Paris, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Kellya, Krn, La Fille de l'Air, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Lyonelk, magda627, Magouille, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Pat, Philae, Philisine Cave, Renepaulhenry, Sandrin, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

jeudi 8 février 2018

Wikipedia sur le Costa Concordia : Fake news !

Il y a deux jours, cherchant un renseignement sur le procès à Grosseto qui a suivi l'échouage du Costa Concordia sur la petite île de Giglio en Toscane, je me suis rendue compte que, encore une fois, Wikipedia se trouve pris en flagrant délit de diffusion de "fake news".


Ce site sur lequel une féroce équipe de bien pensants politiquement corrects sévit pour censurer et impitoyablement éliminer en quelques minutes tout ce qui ne sert pas les intérêts du pouvoir, continue à répandre le mensonge selon lequel le capitaine du Costa Concordia, Francesco Schettino, a refusé de remonter à bord du navire couché à 90° sur Punta Gabbianara.

Je cite : "L'injonction de Di Falco à Schettino de remonter à bord et de faire son devoir, aussi énergique que peu châtiée, (Vada a bordo, Cazzo! -traduction libre : Remontez à bord, Bordel de M...!) devient une phrase culte, que d'astucieux commerçants impriment sur des T-shirts, des casquettes, des porte-clés...etc, qui se vendent "comme des petits pains". "


Dommage, tout ça est du cinéma, de la communication, un mensonge pour orienter l'opinion publique.
En premier lieu, rendons son véritable nom au commandant Gregorio De Falco (et non Di Falco), ensuite, tenons compte de son aveu de tricherie lorsqu'il avoue lui-même, sans beaucoup de fierté, que cette conversation est un faux fabriqué de toutes pièces. Voir l'article de la journaliste italienne Angela CIPRIANO sur QuiGrosseto traduit en français sur cette page, et un autre, toujours en français sur le même sujet sur cette autre page

Gregorio DE FALCO, le "héros" devenu célèbre pour avoir insulté Francesco Schettino la nuit du naufrage du Costa Concordia , a d'ailleurs été relevé de ses fonctions en mer. Il a été transféré dans un bureau. Malgré cela, les auteurs de Wikipedia continuent à rapporter ce mensonge vieux de 6 ans et colporté par les media français qui, contrairement à leurs collègues italiens, n'ont pas jugé utile de corriger leurs informations, comme d'habitude. On salit, et après, on s'en lave les mains. C'est la politique de la presse française, il semble que ce soit également la poiltique de Wikipedia. A moins que depuis septembre 2014, date de la révélation de la supercherie, Wikipedia n'ait pas eu le temps de se mettre à jour ?

Cette conversation téléphonique truquée a été à la base de toute la communication mensongère sur l'évènement et a forgé bon nombre d'opinions. Sur ce blog même, lors du premier article publié sur le sujet, certains commentaires démontrent que la presse, qui a massivement colporté la "fake news" a largement influencé le débat. Moi-même, je n'ai eu au départ, comme beaucoup d'autres, que les échos de la presse et si je n'avais pas cherché à m'informer, j'en serais peut-être toujours à ce point, car le monde des croisières m'était complètement étranger.

Faire la chasse aux "fake news" est certes une bonne chose, à une condition, c'est qu'elle s'accompagne d'une obligation de correction en première page des media incriminés, Wikipedia, qui se vante d'être une encyclopédie alors qu'elle n'est qu'un organe de propagande qui ne dit pas son nom, n'échappant pas à la règle en temps que large diffuseur de "fake news".