mercredi 15 novembre 2017

La photo du mois, ambiance automnale


Ambiance automnale.
Elle est partout en ce moment ! Dans la couleur… Dans les balades… Dans les fruits et les légumes… Dans les fêtes, les fleurs et les commémorations… Et plus encore ! Je ne doute pas de votre imagination !

L'automne est ma saison préférée. Ce thème, choisi par Josette, m'a donné l'occasion de belles balades à la recherche du sujet idéal malgré les chasseurs, omniprésents, mais c'est dans mon village, en sortant me promener sous la pluie, que j'ai rencontré cet arbuste flamboyant.


Sa couleur a résolu pour moi le problème du choix et le voici donc à la place d'honneur.

Un petit tour d'automne chez d'autres blogueurs ? C'est par ici :

Akaieric, Alban, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Betty, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Bubble gones, Cara, Carolyne, Chat bleu, Chiffons and Co, Christophe, Cricriyom from Paris, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dr. CaSo, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Kellya, Krn, La Fille de l'Air, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Lyonelk, magda627, Magouille, Mamysoren, Marie-Paule, Memories from anywhere, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Natpiment, Nicky, Pat, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Sandrin, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, Tataflo, Ventsetvoyages, Who cares?, Wolverine, Xoliv', écri'turbulente.

dimanche 12 novembre 2017

masculin vs féminin

Nous n'enseignerons plus que "le masculin l'emporte sur le féminin".

C'est le titre d'un article vu sur Slate par lequel 314 personnes dont la profession est d'enseigner la langue française déclarent qu'elles ne se conformeront désormais plus aux règles grammaticales définies pour notre langue par l'Académie Française. 
J'ai commencé par rire, à cause du ridicule de la déclaration. Il ne suffit pas d'être 314 à vouloir quelque chose pour que ça arrive, la preuve avec les millions de signataires des pétitions contre la vaccination obligatoire qui ne parviennent pas à protéger leurs enfants de cette menace contre leur santé. 
Malgré tout, ce n'est pas si drôle car cet excès de féminisme est réellement préoccupant et je suis un peu d'accord avec madame Ménard, député, pour considérer qu'il y a là une forme de maladie mentale, je dirai même une obsession qui a pour principal symptôme de faire passer l'individu avant le collectif. 

"Le masculin l'emporte sur le féminin" n'est que la traduction maladroite du fait qu'il existe un genre commun, qui a plus généralement les caractéristiques du masculin, bien qu'il y ait des exceptions. Une sage-femme est toujours féminin, même si c'est un homme. Il s'agit de la fonction car sage-femme signifie "qui a la connaissance de la femme" ce qui parait évident, mais sans doute pas pour tout le monde. J'ai eu la chance d'aller à l'école au moment où on y enseignait correctement la langue française et son étymologie. Ce n'est plus et sera de moins en moins le cas pour les générations suivantes. Il faudrait à présent que ces 314 enseignants signalent leur particularité par un signe les distinguant de façon à avoir le choix de suivre ou non leurs cours.

Pendant des millénaires, la femme a eu le rôle le plus important, celui de mettre au monde et élever les enfants. Par leur seule condition, elles pouvaient ne pas avoir à travailler en dehors de leur foyer tandis que leur mari devait subvenir aux besoins de la famille et supportait également la conscription et des guerres dont il ne revenait pas toujours. Maintenant que les femmes, au nom d'une revendication égoïste (cependant financée par la collectivité) à disposer de leur corps jettent les enfants qu'elles ont conçu à la poubelle, elles se sont mis dans la tête que l'important n'était pas la famille, la patrie ou simplement leur avenir, mais le plaisir de l'instant présent, la facilité que donne l'argent et ce qu'elles appellent "la libération de la femme" en réclamant les mêmes droits que leurs compagnons, c'est en réalité un esclavage qu'elles n'ont pas assez de recul pour apprécier. 

En distinguant par des mots particuliers, parfois ridicules et là je pense à "sapeuse-pompière", les femmes qui exercent une profession où il y a des femmes et des hommes, elles s'excluent de la collectivité du corps de métier en question. Au lieu de se considérer comme faisant partie de l'ensemble de ces professionnels, elles se mettent à part, dans un groupe distinct portant un autre nom. L'individu l'emporte sur l'ensemble. C'est leur nouvelle règle. En fait d'égalité, elles prônent la division et font des hommes et des femmes deux castes opposées que rien ne peut concilier, même au lit puisqu'il est à présent non seulement toléré, mais encouragé de ne pas frayer avec le sexe opposé. L'exemple vient d'en haut. 

Je voudrais en dernier lieu signaler à ces contestataires de la langue française qu'il y a un domaine où la domination masculine est plus pénible à supporter, c'est celle qui fait que dans les usages, les annuaires téléphoniques, les factures, etc., les femmes reçoivent leur courrier au nom de leur mari précédé de "madame" même après des années de séparation et pire encore, j'ai personnellement connu des femmes aujourd'hui décédées dont ni le nom ni le prénom ne figure sur leur sépulture, une tombe où leur mari n'est pas, vivant avec une nouvelle épouse qu'il enterrera sans doute aussi sous son nom. Ceci est du domaine du législateur, et non de la révolte de rue. A nos députés, hommes ou femmes, de faire en sorte que chacun porte son nom, à défaut de son genre. 

mercredi 8 novembre 2017

Liberté d'expression, les maillots aussi

capture d'écran le 09/11/2017
Six mois de prison ferme pour un joggeur qui courrait (au conditionnel ?) avec un maillot floqué "Ben Laden", nous dit LCI.

Autres délits, des maillots au nom de :

"Ali le chimique", bras droit de Saddam Hussein responsable de la mort de 5.000 Kurdes lors d’une attaque au gaz dans le Kurdistan irakien en 1988,
"Abou Hamza", un imam radical prônant le djihad
"mollah Omar", ancien chef des talibans en Afghanistan,

A éviter donc, si on ne veut pas prendre plus cher :

"Madeleine Allbright" co-responsable avec George W. Bush de la mort de 500.000 enfants irakiens,
"Nicolas Sarkozy" responsable de la super mission humanitaire en Lybie causant 60.000 morts.
"Truman" responsable de la mort de 250.000 civils à Hiroshima et Nagasaki 
"Churchill" pour les centaines de milliers de civils brûlés vifs à Hambourg, Dresde, Cologne, Brême etc. 
"Staline" allié du précédent, pour autant de crimes de guerre également sur des civils, pour un total hallucinant dépassant de beaucoup tous les autres. 
Cette liste pourrait être plus longue, ajoutez, si vous voulez.