samedi 21 avril 2018

Assassinat "nigerian mode"

Devant le silence absolu des media français sur les crimes commis par les immigrés, clandestins ou non, dans n'importe quel pays d'Europe (et sans doute aussi en France, donc) j'avais décidé d'écrire sur l'assassinat de la petite Italienne Pamela Mastropietro, 18 ans, retrouvée en morceaux dans deux valises à la fin du mois de janvier dernier.

Les dernières révélations de l'autopsie, la deuxième, réalisée par le Dr Cingolani, montrent de nouveaux détails particulièrement épouvantables. Les découvertes renforcent avant tout la thèse du meurtre et écartent définitivement celle de l'overdose, imaginée au départ. La jeune fille a été retrouvée avec la langue coincée entre ses dents, un élément qui suppose une suffocation. Cet élément se combine avec le fait que des tissus du cou n'ont pas été retrouvés,  hypothétiquement enlevés pour cacher des traces de strangulation. Les coups auraient été portés alors que le cœur de la jeune fille battait. Elle était donc vivante.

Dans le rapport publié par Il Tempo nous lisons: " On note la présence sur une grande partie de la peau de plaies superficielles coupées parallèlement.  Ces blessures ont été considérées par le Dr Tombolini comme la volonté d'infliger des souffrances à la victime, alors que le Dr Cingolani (le second expert nommé par l'accusation) les considérait comme vraisemblablement liées aux pratiques de sectionnement du cadavre. Le fait que le ou les assassins aient prélevé de vastes étendues de peau dans la zone vaginale et anale peut s'expliquer par la volonté de dissimuler un acte sexuel précédent, ce que pourrait suggérer la découverte de traces de salive sur un mamelon.

Est-ce que derrière l'horrible fin de Pamela Mastropietro, il n'y a vraiment que trois ou quatre désœuvrés, criminels, meurtriers de la pire espèce ?  Selon Il Tempo, la mise à mort de Pamela fait ressortir dans toute son horreur un phénomène monstrueux devenu réalité. Une réalité que d'une certaine manière les enquêteurs et les médias ont suivi, ou censuré,c'est selon, préférant plutôt parler d'overdose ou de vaudou liés au démembrement du corps de Pamela. Cette réalité est celle de la mafia nigériane, qui profite en Italie du sort des migrants fuyant les zones sinistrées et se cache parmi les dizaines de milliers d'immigrés venus de l'immense continent africain. Une mafia cruelle et impitoyable, qui contrôle maintenant une grande partie du trafic et de la distribution de drogue en Italie.
Le psychologue Alessandro Meluzzi écrit que la fin de Pamela est l'histoire d'une victime italienne de l'immigration qui a atteint et pénétré toutes les régions du pays, des grandes villes aux petites villes de la province, aussi bien dans le nord que dans le centre et le sud. Selon le psychologue, il y a un "processus de remplacement ethnique" en cours alors que les étrangers deviennent majoritaires. 

Les parents de Pamela Mastropietro ont enfin été autorisés à enterrer le corps en morceaux de leur fille tuée à Macerata le 30 janvier 2018, ou du moins ce qu'il en reste, car certaines parties manquent. 

Ce n'est pas une coïncidence si Pamela est reconnue comme martyr et si celui qui a voulu la venger est considéré comme un héros. Je ne cautionne pas vraiment la forme dans laquelle s'expriment les auteurs du site, mais les sites français qui parlent de Pamela sont rares. Dans le fond, Luca Traini a fait ce que les hommes courageux devraient faire, prendre les armes pour faire régner l'ordre et arrêter cette immigration insensée, puisque nos gouvernements ne s'en préoccupent pas et semblent même l'encourager. 

Les Italiens ne sont pas les seuls concernés, les Suédois s'organisent également contre les envahisseurs violeurs et assassins. 
En illustration, Elin Krantz, une jeune suédoise qui rentrait chez elle, avant, et après.

Ci dessous, les Nigérians impliqués dans l'assassinat de Pamela Mastropietro et dessous, Ephrem Yohannes, l'Ethiopien condamné à 16 ans de prison pour le viol et le meurtre d'Elin Krantz, tous accueillis en Europe. 


J'ai longtemps cru que tous les hommes pouvaient s'entendre. Je reconnais m'être trompée. Il y a un fossé entre les cultures et elles doivent rester à l'écart les unes des autres. 

1 commentaire:

  1. Merci pour Elin.
    Même très moche, l'image est correcte.

    RépondreSupprimer

D'avance, merci de vos réactions.