jeudi 8 décembre 2016

Crash du MH17, d'autres témoignages directs.

Suite du texte envoyé par Aleksandre Netyosov , membre de l'Union des Journalistes de Russie, concernant le Boeing 77 MH17 qui est écrasé sur le territoire de l'ex-Ukraine, actuellement République Populaire de Donetsk (DPR), dont la première partie se trouve dans cet article.

______________________________________________________________________________

Le second participant direct à l'enquête est le chef du Bureau régional de médecine légale de la DPR, Dmitriy Anatolyevich Kalashnikov. A l'époque, il dirigeait le même bureau, mais à ce moment là, il s'agissait du Bureau régional de Donetsk. Quelque 27 départements dispersés sur toute la région lui ont répondu. Maintenant, il y en a seulement 13 qui restent dans la DPR, les autres sont sur le territoire contrôlé par l'Ukraine. Voici ce qu'il a dit :

"J'ai reçu la nouvelle de l'accident le soir même, d'une employée d'un bureau local, qui vivait à Rassypnoye. Elle a tout vu de ses propres yeux. C'est à ce moment que j'ai commencé à me préparer à aller sur le site. J'ai eu une expérience similaire d'un tel travail, quand un Tu-154 est écrasé dans notre région en 2006. De plus, je devais traiter les victimes d'accidents majeurs dans les mines de charbon. À certains moments, il y avait 30, 40, ou même 80 cadavres à examiner.

Nous avons travaillé jour et nuit, sans interruption, en raison de la poursuite des combats. Il a fallu environ un jour et demi avant qu'une décision soit prise et coordonnée avec d'autres organismes. Le temps à ce moment-là était très humide: la chaleur entrecoupée d'averses, qui a également joué son rôle. Sur le site, je travaillais en collaboration avec les enquêteurs criminels. Je ne pensais pas qu'il soit nécessaire d'amener mes subordonnés, qui étaient occupés eux-mêmes, donc j'y suis allé seul. J'ai exprimé mon point de vue sur le terrain à Emercom sur la façon dont je voyais mes responsabilités. Afin d'enregistrer soigneusement toutes les découvertes, j'ai proposé de diviser la zone de l'accident en carrés. Par exemple, un endroit avec des taches de brûlure avait des dimensions de 200 par 200 mètres, une assez grande surface.

Un autre endroit semblable était près de Rassypnoye, où l'équipage de cabine se trouvait. Nous avons décidé d'y aller d'abord enregistrer l'emplacement de tout, et commencer à décrire les cadavres parce qu'ils étaient éparpillés parmi les maisons de village. Ce sont des bâtiments anciens et des restes humains tombant d'une grande hauteur ont littéralement éclaté les toits et sont passés à travers. J'ai numéroté chaque carré et étiqueté tous les éléments de preuve, des cadavres, des fragments, des effets personnels, naturellement avec leurs coordonnées. Les restes humains ont été décrits de façon plus détaillée, y compris des détails tels que des tatouages, des bijoux et d'autres caractéristiques visibles importantes.

La plupart des cadavres ont été retrouvés nus. Plus tard ,ceci a mené à penser que le Boeing transportait des corps morts. En réalité, les cadavres sont tombés d'une grande hauteur, et la résistance de l' air les a dépouillé des vêtements, à l' exception des articles serrés. Par exemple, shorts, sous-vêtements, et montres.Voilà pourquoi nous les avons trouvés de cette façon. Pratiquement sans aucune blessure. Peu de blessures externes visibles et des dommages internes lourds. c'est un signe que la chute était partie d'une grande hauteur, quand l'avion s'est brisé. Je ne vais pas affirmer que l'avion a été abattu par une action externe ou interne, mais tout porte à croire qu'il s'est rompu dans les airs. Si l'on considère, par comparaison, le crash de l'avion de ligne russe, qui est tombé comme une feuille après une panne moteur. C'est la raison pour laquelle le site de l'accident pouvait tenir sur une seule photo. Les restes du Tupolev étaient tous rassemblés et les cadavres des 176 passagers étaient à l' intérieur de la cabine. Mais ici tout a été dispersée sur un grand territoire, ce qui m'a immédiatement porté à dire que l'explosion avait eu lieu à une grande hauteur.

Pendant l'inspection, alors que j'allais d'un endroit à un autre, on m'a dit que les restes de l'équipage avaient été découverts. Ils étaient près de Rassypnoye, avec l'épave du poste de pilotage qui a confirmé ma théorie , il a eu une explosion (interne ou externe) à grande hauteur alors que l'avion était au dessus de ce village, ce qui a provoqué la séparation du poste de pilotage du reste de l'avion. Voilà pourquoi je crois que le coup est passé près de la cabine, ce qui a conduit à la désintégration de l'avion dont les fragments ont été largement dispersés. Au début, je fus surpris par la quantité d'effets personnels apparemment sans rapport venant de bagages des passagers et aussi d'un cadavre qui n'était manifestement pas un membre de l'équipage. Mais tout est devenu clair après avoir étudié la conception du Boeing 777 sur internet, et réalisé que le compartiment à bagages commence juste sous la cabine des pilotes.

De façon caractéristique, l'un des pilotes était étroitement attaché dans son siège. Ce qui signifie qu'il ne tournait pas autour de la cabine au moment de l'explosion, mais était aux commandes. Plusieurs autres membres de l'équipage étaient à côté de lui. Nous les avons identifié aux restes des uniformes encore sur leurs corps. Nous avons découvert 37 cadavres dans Rassypnoye, qui ont tous été envoyés à la morgue de Donetsk. Sur ce total, nous avons inspecté 27 ensembles de restes, avant de recevoir l'ordre d'envoyer tous les restes à la morgue de Kharkov dans un réfrigérateur spécialement affecté. Je laissais l'inspection des corps pour plus tard. Maintenant, je regrette de l'avoir fait parce que nous aurions certainement trouvé des éclats d'obus et toutes sortes d'autres choses qui auraient pu faire la lumière sur cette tragédie. Mais qui nous aurait cru alors, ou maintenant, sur cette question. Ils auraient dit que nous avions fabriqué la preuve.

Par ailleurs, personne n'a rien dit à propos de l' évaluation des restes humains aux Pays-Bas.
Apparemment , ils ont quelque chose à cacher . Mais je peux montrer des photos qui montrent clairement les perforations pénétrant dans le corps du membre de l' équipage qui était attaché dans son siège. Sa chemise d'uniforme ressemble à un tamis. Deux mois plus tard , nous avons reçu la visite d'une commission internationale, 6 personnes au total, intéressés par cette question, qui comprenait des spécialistes néerlandais et canadiens, et je ne sais pas qui d'autre. Nous leur avons fourni tous les documents et les photographies collectées. Nous ne comprenons pas pourquoi ils gardent le silence à ce sujet. Peut-être qu'ils retiennent des preuves gênantes pour l'Occident. Même si nous n'avons pas disséqué les cadavres pour des raisons éthiques ( la plupart des passagers étaient musulmans), ainsi que politiques (parce qu'ils étaient étrangers), nous avons effectué une inspection externe pour vérifier les blessures. Nous n'avions pas le droit d'agir à notre guise. Nous attendions. De la part de quelqu'un d'un poste diplomatique, mais personne ne s'est jamais montré.

Les spécialistes néerlandais sont apparus une semaine seulement après l'accident, alors que tous les cadavres étaient à Kharkov. Les morgues en Europe, y compris aux Pays-Bas, sont beaucoup mieux équipées que les nôtres.Avec l'aide de machines à rayons X, ils auraient pu facilement découvrir les multiples fractures ou des éclats d'obus métalliques à l'intérieur des restes humains ou à l'intérieur des pièces de l'avion. Mais vu que les Hollandais n'ont jusqu'à présent pas montré quoi que ce soit de ce genre au reste du monde, il semble qu'ils ont quelque chose à cacher. De plus, nous avions pris des échantillons de tous les cadavres pour les futures analyses d'ADN et le Néerlandais a catégoriquement refusé de les emmener, et j'ai à peine réussi à le forcer à prendre. J'ai aussi insisté sur un transfert formel des restes. Ils n'ont pas voulu signer les documents officiels".

L'image générale de la tragédie du 17 Juillet 2014 est complété par les mots des membres de l'équipe d'enquête dirigée par le colonel Gavrilyako. Ils sont maintenant responsables de l'application de la loi à la DPR. Ce sont Evgeniy Anatolyevich Bazilskiy, Andrey Yuryevich Mozgunov et Alexandre Aleksandrovich Murvyov, actuellement encore en service avec le colonel Gavrilyako et Bogdan Olegovich Maklakov, actuellement directeur adjoint du Centre de recherche en criminologie scientifique à la Direction Principale des Affaires Intérieures de la Région de Donetsk.

Ils ont dit qu'ils s'étaient divisés par paires et avaient commencé à inspecter le site avec l'aide de la population locale. Ils suivaient la procédure de routine d'entrer tout dans un protocole, y compris les restes humains et des fragments d'avion. Ce fut un triste spectacle, de nombreux cadavres avaient l'air terrible, mais ils étaient "frais". Ils ont commencé à sentir le lendemain. Le premier jour, les enquêteurs de Makeevka faisaient exclusivement la description des cadavres trouvés. Les crevaisons ont été trouvées dans l'aile trouvée dans une ferme près de Grabovo. Elles ressemblaient à des trous d'entrée de shrapnels. De retour d'une deuxième journée de travail, les enquêteurs ont parlé aux témoins oculaires du village de Rassypnoye. Voici ce qu'ils ont dit dans le protocole. Tout d'abord, ils ont entendu plusieurs aéronefs. Dans l'une des maisons, ses propriétaires, mari et femme, ont déclaré avoir vu un avion de chasse ukrainien tomber, nez en l'air, derrière une forêt sur le territoire contrôlé par l'Ukraine. Ils ont même regardé deux pilotes descendre en parachute.

Un témoignage similaire a été donné par un autre habitant de Rassypnoye, un ancien soldat, qui a même été offensé quand nous l'avons interrogé à l'aide de questions suggestives. Il a même observé une explosion sur le site du crash de l'avion de chasse, bien qu'il ne puisse pas le confirmer, parce que l'ensemble des abords du bois était plein de mines. Mais voici la chose la plus importante : plusieurs témoins ont entendu le bruit provenant d'un autre avion qui a tourné pendant un certain temps au-dessus du site du crash de son collègue, puis a volé vers Debaltsevo. Il ne pouvait pas être vu en raison des nuages ​​bas. Mais il pouvait être entendu. Ces témoignages, naturellement, sont entrés dans le protocole. Et ils sont conservés dans les archives du Bureau du Procureur de la DPR. Donc, le mystère de la chute du Boeing Malaisien le 17 Juillet 2014, est toujours en attente de sa révélation. Sans aucun doute, les faits découverts et enregistrés par les experts énumérés ci-dessus, des professionnels qui sont tous reconnus, et que l'Ukraine se hâta d'appeler traîtres en raison de leur honnêteté dans l'exercice de leurs fonctions professionnelles, va jouer un rôle important.

Traduction krn.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

D'avance, merci de vos réactions.