dimanche 14 décembre 2014

Appel de Novorossia aux nations européennes

Devant la situation catastrophique en Ukraine et l'aveuglement stupide des nations européennes qui rampent devant le prix Nobel de l'agressivité qui occupe actuellement la maison blanche, je publie cet appel qui date déjà de l'été dernier.

En Libye, quelques provocateurs atlantistes ont déclenché un déluge de feu sur Tripoli et provoqué la mort de dizaines de milliers de civils et l'exécution sommaire d'un chef d'état. En Ukraine, la demande d'indépendance de toute une région produit l'inverse et les accusations mensongères (vol MH17) se succèdent avec toujours les mêmes acteurs, les pays membres de l'OTAN, dont la France, qui fournissent une aide militaire au gouvernement illégitime d'Ukraine qui bombarde sa population. Ouvrez les yeux et écoutez.

Attention, quelques images difficiles, prenez soin d'éloigner les enfants.



Les soldats ukrainiens sous les drapeaux de l'Ukraine massacrent leurs compatriotes. Il est presque impossible d'y croire, mais c'est comme ça. Notre vie quotidienne est maintenant de faire face à la mort. Nos morts font partie des nouvelles habituelles du Sud-Est Ukrainien.

Les gens simples habitent dans leurs maisons et suivent leur chemin habituel vers les magasins, les hôpitaux, les églises et les aires de jeux pour enfants, et des obus tombent et les mettent en pièces.
Voici ce qui reste d'eux après ces bombardements. Des images terribles. Ce qui est curieux, c'est qu'on ne voit ces choses-là que sur internet. Il est incroyable que cela ne parvienne jamais aux chaînes de télévision en Ukraine ou en Europe.

Européens, Français, Italiens, Allemands, voyez ce que l'armée ukrainienne fait à la population civile de Lugansk et de Donetsk. Votre silence est pardonnable si vous l'ignorez. Sinon, nous nous demandons ce qui vous arrive. Comment se fait-il que les bombes qui tuent nos enfants et nos aïeux ne frappent pas vos cœurs ?

Je suis allé chez vous, il y a un an, à Vienne, à Venise, à Paris. J'ai filmé un festival de musique où des chanteurs de Kharkov, de Kiev, de Donetsk et de Lugansk participaient. Aujourd'hui, leurs parents meurent dans leurs maisons, dans les rues de leur ville et sur les terrains de jeux de leurs enfants. Il n'est plus temps de chanter. L'Union Européenne et les Etats-Unis y font un festival tout différent, un festival sanglant accompagné au lance-roquettes multiples Grad et aux avions de chasse SU-25 et savez vous pourquoi ? Parce que les habitants du Sud-Est Ukrainien ont demandé la fédération comme elle existe en Allemagne ou au Canada, tant admiré par les Ukrainiens, et aussi parce qu'ils ont désiré établir les documents officiels en russe, qui est leur langue maternelle, et enseigner cette langue à leurs enfants.

Européens, imaginez qu'on décide d'interdire la structure fédérale allemande, imaginez encore qu'on interdise aux Français de parler français ou aux Italiens d'étudier l'histoire de la Rome antique et que ceux qui refusent d'obéir soient fusillés, brûlés vifs ou bombardés. C'est bien cela. Voyez ces bandits le faire en se cachant derrière les drapeaux ukrainiens.

Regardez bien, Européens, car vous serez détruits de la même façon. Vous vous taisez aujourd'hui et vous permettez à vos gouvernements de soutenir les meurtriers du nouveau gouvernement ukrainien, mais votre tour viendra aussi. Vous avez déjà essayé de rester passifs au temps d'Hitler en pensant que ça allait s'arranger d'une façon ou d'une autre. L'Ukraine est un terrain d'essai pour la renaissance du fascisme mondial. Chaque ville en Europe a déjà les clubs des ultras de football. Nous avons bien vu à Kharkov et à Odessa, comment leur haine se déverse facilement sur les gens ordinaires qui les entourent et comment au lieu de chants sportifs, ils hurlent des slogans fascistes.
Européens, le désastre que nous vivons n'est pas si loin de vous à présent.

Je suis à 10 km de Kharkov, sur la colline où le maréchal Konev, il y a 70 ans dirigeait l'opération de libération de Kharkov. Aujourd'hui, 70 ans après, Kharkov se révolte de nouveau contre le fascisme.
Kharkov a attendu longtemps que les guerriers de Kiev retrouvent la raison, mais Kharkov a compris qu'il est vain d'attendre. Depuis quelques mois, je montais toutes les semaines sur cette colline dominée par une église orthodoxe. Cette colline est un symbole de la puissance de la civilisation russe. J'y suis monté pour enregistrer cet appel vidéo et je crois que je monterai ici après la libération de Kharkov des fascistes et des autres prédateurs, meurtriers et violeurs, quand toutes les villes du Sud-Est de l'Ukraine et la terre de Novorossia auront retrouvé la paix, et cela sera, si Dieu le veut.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

D'avance, merci de vos réactions.