dimanche 3 janvier 2010

Espoir.

Des neurochimistes identifient une molécule de la panique.

Le Monde le 01/01/2010

18 commentaires:

  1. Conclusion: Vive l'Hypocrétine .

    RépondreSupprimer
  2. Euh... Je ne suis pas sûre que ce ne soit pas l'inverse.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai cherché en vain des précisions claires la dessus.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas posté derrière ta tête de cochon à lunettes, bien que ce soit bien un endroit où on a vraiment un air de famille !

    RépondreSupprimer
  5. Bonne nouvelle.
    Que les recherches continuent dans ce sens. Il y a des millions d'anxieux.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, et je crois que ça me concerne particulièrement.

    RépondreSupprimer
  7. Tu es quand même une anxieuse cool.

    RépondreSupprimer
  8. Cool ? on voit que tu n'es pas à l'intérieur.

    RépondreSupprimer
  9. C'est quoi l'anxiété ?

    Plus sérieusement est il vraiment raisonnable d'être angoissé dans une société ou finalement il ne peut pas vraiment nous arriver grand chose de grave.

    Je pense que c'est plus une maladie à la mode des temps moderne o ne sait plus relativiser les problème ni les hiérarchiser.

    RépondreSupprimer
  10. En fait, Jean-Pierre, il ne s'agit pas d'anxiété, mais de ce qu'on appelle les attaques de panique.

    Tu es tranquillement en train de faire quelque chose et d'un coup, ton coeur se met à s'affoler, tu te retrouve en apnée à chercher de l'air, tu trembles, tu as mal à la tête, au ventre, tu as des crampes et il n'y a aucune explication rationnelle.

    Jusqu'à présent, la médecine éludait le problème en donnant des anti-dépresseurs qui généralement n'arrangent rien, car non seulement tu as toujours tes attaques de panique, mais en plus, tu es dans le gaz toute la journée.
    Perso, je les ai toujours refusés, mais c'est très pénible à vivre.
    En fait, tu as tous les symptômes de la peur extrême, mais tu ne sais pas pourquoi.

    RépondreSupprimer
  11. Il doit bien y avoir quand même une raison. C'est juste que la médecine n'a pas encore mis le doigt dessus.

    RépondreSupprimer
  12. En fait, la première fois, tu te dis que tu fais une crise cardiaque, ou de l'asthme, ou une embolie pulmonaire ou un truc sympa dans le genre et tu vas aux urgences.

    Là, ils te font un ECG, un EEG, des prises de sang, et ils viennent te dire 4 heures après que tu n'as rien et que tu peux rentrer chez toi et te disant d'aller voir ton généraliste.

    RépondreSupprimer
  13. Les différents diagnostics que j'ai eus pour ça seraient comiques si ce n'était pas si pénible.

    Maladie de Bouveret, sclérose en plaque, tuberculose, grippe, Kreutzfeld Jacob, intoxication alimentaire, allergies, AVC, hernie diaphragmatique, Hashimoto, etc.

    Tout ça n'a pas résisté aux différentes investigations, mais en attendant les résultats, tu flippes grave.

    RépondreSupprimer
  14. Finalement, tu as de la chance quand tu as une maladie avec des symptômes nets sur lesquels on ne peut pas se tromper.

    RépondreSupprimer
  15. Tu ne nous fais pas un article sur le vertige ?

    RépondreSupprimer
  16. Non, et pourtant, je crois que je pourrais en apprendre aux médecins de l'hôpital de Bernay sur le sujet.

    Là aussi :
    Névrite, grippe H1N1 (phénomène de mode), AVC, cardiopathie, Sclérose en plaque, intoxication aux métaux lourds, tumeur au cervelet, otite interne, cancer, méningite...

    RépondreSupprimer
  17. De quoi avoir une raison de paniquer.
    Je vais bien, pourvu que ça dure !

    RépondreSupprimer

D'avance, merci de vos réactions.