samedi 18 juin 2011

La mouche cratérine.

J'aime la nature et les animaux. Je respecte toute forme de vie. Je prends même les moustiques par la patte pour les raccompagner dehors. Mais là, j'aurais tué.

 Il y a deux jours, un oiseau était posé sur la verrière, un petit oiseau noir, très calme. Le lendemain matin, il était par terre, sans vie. En le prenant dans mes mains, je me suis aperçue qu'il était couvert de bêtes affreuses que je n'avais jamais vues. Tellement moches que j'ai eu un mouvement de recul.


Je n'avais jamais rencontré ces bêtes là dans le coin, j'en ai déduit que cette petite hirondelle les avait rapportées de son voyage au bout du monde. J'ai cherché les parasites hématophages de l'hirondelle et je les ai reconnues sous le nom de Crataerina Pallida, la mouche parasite du martinet et de l'hirondelle qui se loge sous les plumes du jabot.

L'une d'elle tente l'escalade du mur. Elle finira par se sauver, je ne sais pas où car les ailes de ces mouches sont inopérantes, elles ne peuvent pas voler. Elles rampent et infectent les jeunes au nid, puis pondent des larves et non des oeufs, ce sont des pupipares. Les larves ressemblent aux vers de farine.

La nature ne les a pas gâtées, elles sont vraiment horribles. Déjà que je n'aime pas trop les mouches...


Il y a beaucoup d'hirondelles dans le coin, il y en a certainement qui sont parasitées, mais comment faire pour les débarrasser de ce fléau ? La plupart vivent bien avec et ne succombent que lorsque la nourriture manque et qu'elles sont épuisées. On peut donc se demander, la nourriture manque -t-elle pour ces oiseaux insectivores ? Et pourquoi ne mangent-ils pas ces mouches les uns sur les autres ?

Les seuls nids qui sont chez moi sont inoccupés et vierge de tout parasite. J'avoue donc mon impuissance contre ces suceuses de sang qui infectent certainement les martinets et les hirondelles de tout le monde.

Ne pouvant pas intervenir, il ne me restait plus qu'à trouver une dernière demeure pour la petite victime de ces monstres.

8 commentaires:

  1. Bouleversifiant !
    La nature est impitoyable .
    J'attend un article sur les tiques et les morpions . C'est appétissant .

    RépondreSupprimer
  2. Justemement, crataerina pallida fonctionne comme une tique et je pense que si ces mouches n'avaient pas le gros ventre, c'est que l'oiseau avait déjà été vidé de son sang.

    Mais... j'ai encore mieux comme article.

    RépondreSupprimer
  3. Et si nous continuons dans le tout nucléaire, nous aurons bientôt l'occasion d'avoir des monstres encore plus épouvantables.

    RépondreSupprimer
  4. Quel rapport avec le nucléaire? 0_o

    Du reste, la nature est ainsi faite, les parasites aussi ont "le droit" de vivre, on n'a pas à se mêler des cycles naturels...
    De toutes façons, si ils étaient dangereux au point de menacer l'existence des hirondelles, ils se menaceraient eux-mêmes... (cul-de-sac évolutif)
    La nature est bien faites, et quand quelque chose ne fonctionne plus, c'est souvent que l'homme a déréglé ses cycles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord sur le fait que la nature fait généralement bien les choses. Maintenant, je connais peu de gens qui supportent bien les puces, poux et autres du même genre.
      Le nucléaire génère des monstres, c'est le seul rapport.

      Supprimer
    2. Cela dit, il est probable que Tchernobyl, Fukushima et Long Island ont toutes fait moins de morts et de malades que leur équivalent en central thermiques (la fumée de pétrole ou de charbon utilisé pour l'énergie a des effets certains sur la santé, une centrale nucléaire fonctionnant bien ne doit pas avoir d'impact sur la santé).
      Le nucléaire fait peur, mais c'est bien le meilleur rapport danger-environnement/efficacité actuellement utilisé.

      Ceci dit, j'ai également vu un martinet noir mourant infecté par des mouches verte avec un abdomen plat... Profondément horrible à voir, même si l'on sait que c'est naturel (et même pas lié au nucléaire).

      Supprimer
    3. Avant de parler des victimes des autres énergies, il serait opportun d'aller sur place, autour des centrales pour y voir le taux de cancers infantiles, notamment de la thyroïde, qui est de 10 fois celui enregistré dans d'autres régions. Des médecins de la Manche ont plusieurs fois interpellé les autorités à ce sujet.

      Supprimer

D'avance, merci de vos réactions.