vendredi 17 septembre 2010

Vie essentielle

Il y a des moments dans la vie où la distraction ne suffit pas à remplir un vide. Lorsqu'on se trouve seul avec soi-même et qu'on doit faire face à la question de ses origines, de son devenir, de la raison d'être là, sur cette terre, de ses relations avec les autres et des sources de nos angoisses ou de nos rencontres, il y a mille raisons d'avoir le vertige.
Ne nous donne t-on pour exister que l'intervalle entre la naissance et la mort ?
Des expériences que j'ai vécues m'ont prouvé que non. Je ne prétends pas tout savoir, loin de là. Je sais que des interventions extérieures à ma volonté sont intervenues plusieurs fois lorsque ma vie était en danger. Une analyse ultérieure, seconde après seconde, m'ont clairement montré qu'une autre volonté était présente et qu'elle avait prise sur la matière.
Je suis une adepte de la méditation quotidienne. C'est un message qui nous a été donné, repris sans grande compréhension par les chrétiens. "heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux leur appartient".
C'est l'essentiel de la méditation, que je traduirai par "heureux ceux qui parviennent à se défaire de toutes leurs pensées, car ils ont de la place pour accueillir ce qui leur vient d'en haut". C'est aussi le message du bouddhisme.
Sur d'autres blogs, j'ai parfois évoqué ma croyance et mon expérience. Il est vraiment difficile de se défaire de toute une éducation et je comprends aussi bien le silence que l'opposition farouche. Lu chez Boris :
" Qu'ils entendent ceux qui ont des oreilles.
Qu'ils voient ceux qui ont des yeux."

Je vous laisse regarder cette vidéo qui est un témoignage similaire à certains de mes instants vécus, sans toutefois être allée si loin.
Malgré tout, je peux certifier que la sortie du corps physique en état de mort clinique ou en souffrance est réelle et que dans cet état, on voit et on entend sans yeux* et sans oreilles.


[48] MYSTERES - L’ange gardien (NDE)
envoyé par Indiana-Jones30. - Regardez plus de vidéos de science.

* Une dégénérescence juvénile de la rétine m'a privé très tôt de la capacité de regarder. Je ne vois qu'avec ma vision périphérique. Durant cette expérience, j'ai néanmoins pu voir de petits détails que je n'aurais pas vus en temps ordinaire. Mon handicap n'appartient qu'à mon corps physique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

D'avance, merci de vos réactions.