vendredi 20 août 2021

Situation en Martinique

Quand toute cette mascarade a commencé, je m'étais promis de ne pas parler de cette prétendue pandémie. C'était difficile car les media, comme un seul homme, ne parlaient que de ça.
Le défouloir est, malgré tout, toujours consacré à ce qui ne va pas, à ce qui est contradictoire et nuit au plus grand nombre. C'est pourquoi je vous invite à aller écouter ce témoignage : 


L'état français a envoyé en Martinique, non pas les soignants dont ils auraient eu besoin, mais des militaires pour confisquer les stocks d'Ivermectine, de vitamines et d'oxygène. 
C'est clair, ils organisent le génocide. 
On le savait, mais là, on a quand même une preuve flagrante. 
Bravo et merci à ceux qui résistent encore.


lundi 12 juillet 2021

Tall Ships Races 2021





Comme suite au retrait de Turku et Mariehamn des Tall Ships Races 2021, Tall Ships Races International Ltd. et les ports hôtes des Tall Ships Races 2021 de Klaipeda, Tallinn et Szczecin, ont conjointement convenu d'annuler les Tall Ships Races 2021. Vous pouvez lire l'annonce complète sur cette page.

https://sailtraininginternational.org/events/tall-ships-races-covid-19/

dimanche 11 juillet 2021

Naufrage de l'Estonia, quelques questions

 1 - Pourquoi ne pas avoir évacué les corps des victimes d'abord, au lieu de s'occuper de la visière ?

Ci contre, le trou pratiqué par les plongeurs de Blackrock dans la superstructure du ferry pour pénétrer à l'intérieur.

2 - Pourquoi, alors que des plongeurs de Blackrock avaient été  autorisés à descendre visiter l'épave et a repéré de nombreux corps de disparus, n'ont-ils pas été autorisés à les remonter dans des sacs mortuaires ?

L'image ci dessous montre les emplacements où ils ont noté avoir trouvé des corps en excellent état de conservation.


3 - Comment se fait-il que l'aileron de stabilisateur bâbord soit refermé alors que les témoins l'ont décrit dressé vers le ciel au moment du chavirement ?

NB : Ces images proviennent du documentaire cité dans mon dernier article

samedi 10 juillet 2021

M/S Estonia, la découverte qui change tout

Je viens de regarder l'intégralité du documentaire à l'initiative du journaliste Henrik Evertsson, qui a reçu le prix du journaliste suédois, accompagné de l'expert en épaves Linus Andersson. Documentaire en cinq épisodes diffusé sur une chaîne de télévision suédoise sur le naufrage du ferry Estonia en 1994. Ce n'est pas en quelques lignes que je peux résumer ce que j'ai vu en presque six heures. Je vais donc me limiter à la partie exploration, même si je dois revenir plus tard sur les témoignages des survivants de la catastrophe.  

Pourquoi explorer cette épave 26 ans après le drame ? Tout simplement parce que, là encore, les familles endeuillées, en majorité suédoises, n'ont pas accepté les explications des autorités sur les causes du naufrage qui mettait en cause la porte avant et la visière du ferry. Pour cacher la vraie raison de la catastrophe, les autorités ont inventé un mensonge qui a éveillé la méfiance des voyageurs et généralement des Suédois, les uns à l'égard des ferries, les autres vis à vis de leur gouvernement. Je ne les avais pas acceptées non plus. Un vent de 24 nœuds n'arrache pas de portes et un navire qui chavire ne coule que s'il y a une voie d'eau dans la coque, sinon, il flotte retourné. 

Le ferry Estonia est couché sur une petite pente argileuse par 85 m de fond dans la mer Baltique. En 1996, 10.000 tonnes de cailloux ont été déversés sur l'épave, prétendument pour la recouvrir comme une sépulture marine car les corps de beaucoup de victimes sont restés à l'intérieur. Ces cailloux sont autour mais n'ont pas empêché le robot muni d'une caméra de faire le tour de l'épave à la hauteur de la ligne de flottaison du ferry retourné. 

La caméra est partie de la proue pour suivre le flanc tribord du ferry. D'un coup, le commentateur, qui découvrait ces images en direct a dit "le navire s'arrête là".

En réalité, seul le tiers de la longueur avait été parcouru. Ce qu'il ne voyait pas était dans l'ombre portée par une fente presque verticale d'environ 4 mètres de haut dont l'un des côtés était enfoncé de près d'un mètre. En avançant, la caméra a découvert ces images : 



Je ne peux pas reporter dans cet article toutes les images du film, néanmoins; celles-ci suffisent pour se rendre compte que des dommages latéraux ont été subis par le ferry et ont entraîné son naufrage en moins d'une heure. Ça change tout. 

Grâce à un logiciel spécialisé, il en a été tiré cette images de synthèse.



Frank Børresen, capitaine de la marine norvégienne à la base navale Haakonsvern à Bergen en dit ceci : "Au vu des images et des graphiques, il semble qu'une force extérieure ait enfoncé la coque vers l'intérieur. Parce que c'est très proche de la ligne de flottaison, il pourrait s'agir d'une collision mais je n'ai pas l'autorité pour l'affirmer." Il ajoute qu'il considère une explosion comme étant peu probable.

Le professeur Jørgen Amdahl, du Department of Marine Technology, NTNU, Université Norvégienne de Sciences et de Technologie, au vu des images tournées sur place s'est efforcé de déterminer quelles forces sont nécessaires pour infliger des dommages tels que ceux observés sur l'Estonia.

Jørgen Amdahl a utilisé toutes les informations disponibles sur la construction du ferry Estonia dans ses calculs. Comme les données exactes autour de la zone endommagée elle-même n'ont pas été disponibles, il peut y avoir des inexactitudes dans les calculs, Amdahl a donc choisi d'être prudent dans ses conclusions. 

Le ferry Estonia a bien été coulé mais par quoi ?

jeudi 8 juillet 2021

M/S Estonia, documentaire 2021

 Tout le monde n'a pas entendu parler du naufrage du ferry Estonia qui reliait Talinn à Stockholm. Si je n'avais pas moi-même été une habituée des ferries, je ne l'aurais sans doute su, n'étant pas une fanatique des infos en 1994. Ce naufrage a pourtant été l'un des plus meurtriers en temps de paix puisque 852 personnes y ont officiellement trouvé la mort sur les 989 qui se trouvaient à bord. 

Plusieurs documentaires existent sur le sujet. Voici le dernier en date qui tient compte de la découverte du trou dans la coque du navire découvert par une équipe suédo-allemande. Je ferai un billet séparé sur ce trou un peu plus tard. En attendant, bon visionnage.