lundi 28 mars 2011

Lybie, Burkina Faso.

Il existe une autre répression qui n'intéresse pas les médias, ou sur laquelle on leur a demandé de se taire, c'est celle qui a suivi les manifestation étudiantes au Burkina Faso.
Le courrier International s'en est fait l'écho. Sur le sujet, on peut également lire cet article sur le site de la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme.

Mais au fait, le dictateur de ce pays? Blaise Compaoré, n'est-il pas un très cher ami de la Françafrique ? Corruption, pillage des ressources naturelles, assassinats politiques etc. dans la tradition des pays françafricains. Je reviendrai dessus plus tard.

En Lybie, au contraire, les opposants au régime ont immédiatement attiré l'attention de la presse et notre président s'est empressé de reconnaître le bon droit des révoltés, par ailleurs curieusement fort bien équipés et armés.
Soulèvement qui a suivi ceux de Tunisie et d'Egypte, une contagion qui tombe à pic.

Certes, Kadhafi n'est pas un ange, mais quel chef d'état, surtout parmi les assaillants, l'est ?
Au fait, n'a t-il pas préféré le chasseur russe Sukhoi Su-24MK au Rafale ?

Ces évènements me rappellent une autre bizarrerie, cette révolution orange menée par Viktor Iouchtchenko en Ukraine, dont la spontanéité a bénéficié d'un soutien financier de 65 millions de dollars de la part de l'administration Bush.

Le gel des capitaux libyens, c'est aussi humanitaire, dans l'intérêt des civils ? Il est évident que la crise lybienne est un prétexte à la confiscation des ressources de ce pays et rien d'autre.

Les USA sont avec le pétrole comme les chiens renifleurs de drogue, dès qu'ils en soupçonnent la présence, ça les rend fous.
Et Sarkozy dans tout ça ? Et bien, il suit dans les pas de son maître.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

D'avance, merci de vos réactions.