dimanche 9 avril 2017

Drottninggatan Stockholm

Drottninggatan (rue de la Reine) est un endroit incontournable lorsqu'on veut faire du shopping à Stockholm. J'y suis moi-même allée et mes parents aussi alors qu'ils ne sont allés qu'une seule fois en Suède.
Il s'agit d'une rue commerçante piétonne dont le sol est carrelé, avec des magasins de chaque côté, des bancs et des jardinières au centre. D'une bonne longueur, elle coupe d'autres rues et chaque tronçon est gardé par une paire de lions en béton entre lesquels il faut passer pour avoir accès aux magasins avec un véhicule de secours ou de livraison. Il y a juste la place. Chacun de ces lions pèse environ 900 kg.

La presse suédoise (Dagens Nyheter) a publié une photo de l'un de ces lions. Le reste de l'article est malheureusement réservé aux abonnés, je ne sais donc pas ce qu'ils en disent. malgré tout, il est dans le périmètre bouclé par la police. Voici ce lion :


Tous ces lions sont en béton plein avec quatre patins de béton coulés dans la masse pour les surélever de quelques centimètres au dessus du carrelage de la rue. Sauf, me direz-vous et vous aurez raison, que là, on voit bien que c'était plutôt de l'asphalte et que la pente vers le caniveau avait contraint ceux qui l'ont installé à creuser des trous dans le revêtement afin que le lion soit droit.

Ma première impression est que le camion a pris le lion avec quelque chose sur le côté, le pare-cycliste ou le réservoir par exemple. C'est le même accident que le Costa Concordia, toutes proportions gardées bien entendu, ce qui montre bien que passer entre ces lions n'est pas si facile que ça quand on ne roule pas au pas. C'est d'ailleurs le but.

Cette photo nous montre en tous cas qu'avant de s'encastrer dans la vitrine du rayon ameublement du magasin "Åhléns City", le camion a parcouru au minimum 650 mètres, défié au moins 10 paires de ces lions en béton et traversé pas moins de 7 rues sans toucher aucun des véhicules qui y circulaient car j'ai évidemment localisé ce lion qui n'est peut-être pas le point de départ du camion mais se trouve être le premier témoin de son passage.


En agrandissant la carte, on peut vérifier sur la vignette en haut à gauche que le bâtiment repéré au 98 drottninggatan est bien le même que celui du lion.

Pendant que j'écrivais cet article, la presse en a également publié. Je donne ci-après un aperçu de ce qu'ils disent.

Le journal suédois Aftonbladet publie une carte légèrement différente puisque le trajet part de moins loin, ce qui semble en contradiction avec le lion déplacé. L'Aftonbladet émet l'hypothèse qu'il a peut-être été déplacé avant l'attaque de vendredi. Le Dagens Nyheter fournit une autre explication.

La version officielle est que le camion aurait été volé quelques secondes avant l'attentat à un chauffeur qui avait quitté sa cabine pour aller ouvrir le hayon en vue de livrer des caisses de bière dans le restaurant "Caliente" dans Adolf Fredriks Kyrkogata  (rue de l'Église Adolf Fredrik) qui croise Drottninggatan.

Le journaliste de l'Aftonbladet semble penser qu'un lion de béton de 900 kg ne peut pas résister à la poussée d'un camion de 15 tonnes qui roule à 80 km/h. Une question de poids, dit-il. Je ne ferai pas de commentaire autre que tous les dispositifs en bétons sont alors inutiles, certains camion faisant 44 tonnes dont le poids pèse certainement beaucoup plus sur la route que sur les obstacles qu'il pourrait rencontrer, heureusement pour les automobilistes qui ont la malchance d'en croiser de trop près. Ce qui détermine la poussée horizontale est l'inertie acquise précédemment. En Suède aussi, je vois que l'enseignement de la physique laisse à désirer. Sans doute une directive européenne pour fabriquer des ânes.

Les vitrines non plus ne résistent pas à un choc frontal avec un camion. Voici le magasin Åhléns City avec le camion encastré dans son rayon de canapés :


On remarque le réservoir ou un coffre, balafré, qui a reculé jusqu'à la roue. Sans doute la trace du lion.
L'image suivante montre l'endroit avant le choc sous un autre angle. Le terroriste a épargné le kiosque du vendeur de hot-dogs.


J'ai juste une petite question pour les buveurs de bière qui passeraient éventuellement ici :
C'est inflammable, la bière ?



On ne nous prendrait pas pour des imbéciles, par hasard ?

(suite)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

D'avance, merci de vos réactions.